Yari Verschaeren et ses dix-neuf équipiers se sont envolés lundi pour Padoue, où ils auront le périlleux honneur de se mesurer dès mercredi (15h00) à la Primavera italienne au Stade Euganeo. Honneur d'autant plus périlleux que seul le vainqueur de ce Groupe 7 verra le Caucase cet été. Autrement dit mieux vaudrait prendre au moins au point, avant les deux autres matches contre la Serbie, samedi (11h30) à Trévise, et l'Ukraine, mardi prochain le 26 mars (15h00) à Abano Terme. "C'est clair qu'affronter d'entrée l'Italie chez elle est tout sauf un cadeau", regrette un peu le coach belge Jacky Mathijssen. "Mais d'un autre côté si on obtient un bon résultat, et on fera tout pour que ce soit le cas, la route sera déjà partiellement dégagée. Je ne vous cache d'ailleurs pas qu'on a presque tout misé sur ce match de mercredi. On n'est pas favori, mais on veut créer la surprise, et on y croit. A titre personnel je suis d'ailleurs ravi d'avoir pour la première fois de ma carrière, l'occasion de participer à une compétition de ce niveau. Je sais que la Belgique n'a plus atteint la phase finale depuis 2011 mais justement, cela me motive encore davantage... (Belga)