"Remporter le Tour des Flandres avec le maillot de champion de Belgique c'est très spécial. En cours de route, j'ai reçu beaucoup de soutien. Je devais aussi penser à Claudy Criquielion, qui a gagné la course en 1987. Aujourd'hui, nous sommes passés devant chez lui et j'ai vu son fils Mathieu, qui était présent sur le parcours. Il a d'ailleurs le même âge que moi et cela m'a également donné un soutien moral. Je suis désormais très émotif", a raconté Gilbert. "Cette fois, c'est moi qui ait gagné, mais je tiens à remercier mes équipiers. Ça revenait fort derrière, et sans eux, je n'aurais peut-être pas gagné. Ils ont bien bloqué la course derrière pour me permettre de l'emporter. C'est une victoire d'équipe". Gilbert est parti de loin. "Une première sélection a été opérée sur le Mur de Grammont. J'étais en tête avec Tom Boonen et j'ai entendu que Matteo Trentin, Zdenek Stybar et Niki Terpstra étaient également là. On a parlé avec Tom et Matteo et on a décidé d'aller à bloc dans le Vieux-Quaremont. Mais je me suis rapidement retrouvé en tête après quelques centaines de mètres. J'ai demandé dix fois ce que je devais faire à la radio, personne ne m'a répondu donc j'ai décidé d'y aller". Il y a sept ans, le champion de Belgique avait terminé troisième du Ronde. Il a désormais inscrit ce Monument à son palmarès. "En effet, j'ai déjà gagné Liège-Bastogne Liège, l'Amstel Gold Race, le Tour de Lombardie et le Tour de Flandres. C'est très difficile à réaliser. C'est presque une autre discipline sur chaque classique: il faut savoir grimper, rouler sur les pavés... J'ai déjà été très proche sur Milan-Sanremo. Mais ma carrière n'est pas encore finie. Je rêve encore de gagner le Primavera et l'Enfer du Nord. J'aimerais bien disputer Paris-Roubaix. Je dois en discuter avec l'équipe dans les prochaines heures. Mais si j'y vais, ce sera pour aider Tom à l'emporter. Je serais fier de l'aider lors de sa dernière course. C'était déjà une fierté pour moi d'être avec lui à l'avant de la course. Nous nous sommes toujours très bien entendus. C'est un grand champion!". (Belga)

"Remporter le Tour des Flandres avec le maillot de champion de Belgique c'est très spécial. En cours de route, j'ai reçu beaucoup de soutien. Je devais aussi penser à Claudy Criquielion, qui a gagné la course en 1987. Aujourd'hui, nous sommes passés devant chez lui et j'ai vu son fils Mathieu, qui était présent sur le parcours. Il a d'ailleurs le même âge que moi et cela m'a également donné un soutien moral. Je suis désormais très émotif", a raconté Gilbert. "Cette fois, c'est moi qui ait gagné, mais je tiens à remercier mes équipiers. Ça revenait fort derrière, et sans eux, je n'aurais peut-être pas gagné. Ils ont bien bloqué la course derrière pour me permettre de l'emporter. C'est une victoire d'équipe". Gilbert est parti de loin. "Une première sélection a été opérée sur le Mur de Grammont. J'étais en tête avec Tom Boonen et j'ai entendu que Matteo Trentin, Zdenek Stybar et Niki Terpstra étaient également là. On a parlé avec Tom et Matteo et on a décidé d'aller à bloc dans le Vieux-Quaremont. Mais je me suis rapidement retrouvé en tête après quelques centaines de mètres. J'ai demandé dix fois ce que je devais faire à la radio, personne ne m'a répondu donc j'ai décidé d'y aller". Il y a sept ans, le champion de Belgique avait terminé troisième du Ronde. Il a désormais inscrit ce Monument à son palmarès. "En effet, j'ai déjà gagné Liège-Bastogne Liège, l'Amstel Gold Race, le Tour de Lombardie et le Tour de Flandres. C'est très difficile à réaliser. C'est presque une autre discipline sur chaque classique: il faut savoir grimper, rouler sur les pavés... J'ai déjà été très proche sur Milan-Sanremo. Mais ma carrière n'est pas encore finie. Je rêve encore de gagner le Primavera et l'Enfer du Nord. J'aimerais bien disputer Paris-Roubaix. Je dois en discuter avec l'équipe dans les prochaines heures. Mais si j'y vais, ce sera pour aider Tom à l'emporter. Je serais fier de l'aider lors de sa dernière course. C'était déjà une fierté pour moi d'être avec lui à l'avant de la course. Nous nous sommes toujours très bien entendus. C'est un grand champion!". (Belga)