"Au cours de la semaine, j'avais déjà remarqué que Roglic était d'un autre niveau", a débuté Campenaerts. "Je savais donc qu'il serait difficile de la battre aujourd'hui. Je suis évidemment très déçu. Le prologue, où je suis tombé, fut une occasion manquée. J'en ai vraiment mal dormi. J'ai pris trop de risques et c'est ce qui a mené à ma chute." "Aujourd'hui, cependant, je n'ai rien laissé de côté, j'ai effectué le meilleur contre-la-montre possible. La première partie contenait beaucoup de montées, c'était très difficile, mais je sais que je peux très bien les gérer dans les contre-la-montre. Seulement, il y a quelqu'un qui peut le faire encore mieux, à savoir Primoz Roglic. L'équipe a tout préparé jusque dans les moindres détails et c'est dommage que je ne puisse pas les récompenser", a regretté le nouveau détenteur du record de l'heure. "À la veille du Giro, le Tour de Romandie m'a appris qu'il est facile pour moi de survivre dans les montées, mais aussi qu'il sera très difficile de battre Primoz Roglic dans les contre-la-montre. Il doit également tout donner pour le classement général. Ce sera donc un adversaire à craindre, mais je donnerai évidemment tout dans les chronos pour l'emporter. Espérons que cela se traduise par une victoire dans l'un des trois contre-la-montre. Si je devais choisir, je choisirais le premier, mais ce sera également le plus dur à gagner." Primoz Roglic, pour sa part, a réalisé le doublé en remportant à nouveau le Tour de Romandie après l'édition 2018. Cependant, le Slovène ne s'était pas rendu en Suisse avec l'ambition de remporter le classement final. Il souhaitait davantage se préparer pour le Giro qui débutera la semaine prochaine. "Ces résultats sont un peu inattendus", a-t-il admis après la course. "Je ne peux donc m'empêcher d'être très satisfait." Primoz Roglic a remporté sa troisième victoire d'étape de la semaine dans le contre-la-montre final. "Je suis très heureux. Cela s'est amélioré chaque jour de la semaine dernière et j'en suis très heureux parce que je ne m'y attendais pas. Je n'avais pas couru depuis le Tirreno-Adriatico. Je me suis entraîné en altitude en avril, vous ne savez pas à quoi vous attendre après une telle période." (Belga)