Pogacar succède au palmarès au Danois Jakob Fugelsang, vainqueur l'an dernier dans une course marquée par la terrible culbute en descente de Remco Evenepoel. A 23 ans, Pogacar signe sa 30e victoire en carrière et la 13e de l'année dont deux monuments, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie, en plus du Tour de France. De quoi justifier largement son statut de N.1 mondial au classement UCI. Un groupe de dix coureurs, avec les Belges Jan Bakelants, Victor Campenaerts et Tim Wellens, s'est isolé en tête dans les premiers contreforts de la Madonna del Ghisallo, première des sept difficultés de cette Classique des feuilles mortes. L'écart était de près de 4:30 au sommet du Roncola, deuxième ascension du jour. A 100 kilomètres du but, les fuyards comptaient encore 3:30 d'avance sur la meute. Ils n'ont toutefois pas pu résister au retour du peloton, qui a effectué la jonction à 55 km du but dans la descente du Zambla Alta. La montée du Passo di Ganda a réduit le peloton à une trentaine d'éléments sur l'impulsion d'un impressionnant travail de Tiesj Benoot (DSM). Lourdement tombé en 2020 lors d'une édition avancée en août, Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) n'a pas été capable de suivre les meilleurs. Aux avant-postes, Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) a planté la première banderille. Tadej Pogacar (UAE Emirates), double vainqueur du Tour de France, a ensuite tenté sa chance en solitaire à 36 km dans le Passo de Ganda, la dernière grosse difficulté. Parvenant à creuser le trou, 'Pogi' a basculé avec une trentaine de secondes d'avance sur un groupe de poursuivants où Primoz Roglic peinait à conserver sa place. L'Italien Fausto Masnada (Deceuninck-Quick Step) est parti seul en contre au début de la longue descente alors que le groupe qui réunissait Roglic, Julian Alaphilippe mais aussi David Gaudu, Adam Yates, Michael Woods, Jonas Vingegaard, Alejandro Valverde et Romain Bardet avait tendance à se regarder et cédait du terrain. Au bas de la descente, Masnada rejoignait Pogacar alors qu'il ne restait plus que 16 kilomètres avant la ligne d'arrivée. Le premier groupe de poursuivants était alors pointé à 45 secondes. Mais l'entente était loin d'être bonne parmi celui-ci et l'écart ne varia guère. Devant, Pogacar ne recevait aucune aide de Masnada, équipier d'Alaphilippe. L'ultime bosse, le Colle Aperto (1200m à 7,9 %) à 4,5 km du but ne changea plus rien, l'attaque de Masnada étant facilement contrôlée par Pogacar. Celui-ci ne se faisait ensuite pas surprendre dans le sprint final et pouvait se relever dès avant la ligne d'arrivée. Cette 115e édition du "Il Lombardia", dernier grand rendez-vous cycliste de la saison, était aussi la dernière course de Tomasz Marczynski et Dan Martin. (Belga)

Pogacar succède au palmarès au Danois Jakob Fugelsang, vainqueur l'an dernier dans une course marquée par la terrible culbute en descente de Remco Evenepoel. A 23 ans, Pogacar signe sa 30e victoire en carrière et la 13e de l'année dont deux monuments, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie, en plus du Tour de France. De quoi justifier largement son statut de N.1 mondial au classement UCI. Un groupe de dix coureurs, avec les Belges Jan Bakelants, Victor Campenaerts et Tim Wellens, s'est isolé en tête dans les premiers contreforts de la Madonna del Ghisallo, première des sept difficultés de cette Classique des feuilles mortes. L'écart était de près de 4:30 au sommet du Roncola, deuxième ascension du jour. A 100 kilomètres du but, les fuyards comptaient encore 3:30 d'avance sur la meute. Ils n'ont toutefois pas pu résister au retour du peloton, qui a effectué la jonction à 55 km du but dans la descente du Zambla Alta. La montée du Passo di Ganda a réduit le peloton à une trentaine d'éléments sur l'impulsion d'un impressionnant travail de Tiesj Benoot (DSM). Lourdement tombé en 2020 lors d'une édition avancée en août, Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) n'a pas été capable de suivre les meilleurs. Aux avant-postes, Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) a planté la première banderille. Tadej Pogacar (UAE Emirates), double vainqueur du Tour de France, a ensuite tenté sa chance en solitaire à 36 km dans le Passo de Ganda, la dernière grosse difficulté. Parvenant à creuser le trou, 'Pogi' a basculé avec une trentaine de secondes d'avance sur un groupe de poursuivants où Primoz Roglic peinait à conserver sa place. L'Italien Fausto Masnada (Deceuninck-Quick Step) est parti seul en contre au début de la longue descente alors que le groupe qui réunissait Roglic, Julian Alaphilippe mais aussi David Gaudu, Adam Yates, Michael Woods, Jonas Vingegaard, Alejandro Valverde et Romain Bardet avait tendance à se regarder et cédait du terrain. Au bas de la descente, Masnada rejoignait Pogacar alors qu'il ne restait plus que 16 kilomètres avant la ligne d'arrivée. Le premier groupe de poursuivants était alors pointé à 45 secondes. Mais l'entente était loin d'être bonne parmi celui-ci et l'écart ne varia guère. Devant, Pogacar ne recevait aucune aide de Masnada, équipier d'Alaphilippe. L'ultime bosse, le Colle Aperto (1200m à 7,9 %) à 4,5 km du but ne changea plus rien, l'attaque de Masnada étant facilement contrôlée par Pogacar. Celui-ci ne se faisait ensuite pas surprendre dans le sprint final et pouvait se relever dès avant la ligne d'arrivée. Cette 115e édition du "Il Lombardia", dernier grand rendez-vous cycliste de la saison, était aussi la dernière course de Tomasz Marczynski et Dan Martin. (Belga)