"Nous avons saisi la CADF (la fondation antidopage, NDLR) sur les images qu'on a pu voir à la télévision pour qu'elle mène son enquête, auditionne les personnes impliquées et qu'on en sache plus sur ce qui a pu être sorti de la poche de Remco Evenepoel", a indiqué le président de l'UCI David Lappartient lors d'un point presse tenu à la veille du départ du Tour à Nice. Des images sur lesquelles on voit Davide Bramati, le directeur sportif de Deceuninck-Quick Step, extraire un objet de la poche arrière du coureur, ont suscité des interrogations sur les réseaux sociaux. David Lappartient a évoqué aussi le sujet des données qui auraient été transmises à partir du vélo d'Evenepoel. "A un moment le directeur sportif déclare qu'ils avaient pensé qu'il avait chuté parce qu'il avait cessé d'émettre ses données. De quelles données parle-t-on ?", s'est interrogé le président de l'UCI, à Nice à la veille du départ du Tour de France 2020. "Il est interdit d'en transmettre un certain nombre. Nous sommes en train d'investiguer sur ce point", a précisé David Lappartient. "S'il s'agit juste de données de localisation, c'est différent. Ce sont les 'datas' qu'on n'a pas le droit de transmettre." Remco Evenepoel, 20 ans, qui était le grand favori de l'épreuve, a lourdement chuté lors du Tour de Lombardie. A une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, dans la descente du Mur de Sormano, il est tombé dans un ravin après avoir heurté un muret en pierre. Le jeune Belge doit observeré une période de repos absolu d'au moins six semaines. (Belga)

"Nous avons saisi la CADF (la fondation antidopage, NDLR) sur les images qu'on a pu voir à la télévision pour qu'elle mène son enquête, auditionne les personnes impliquées et qu'on en sache plus sur ce qui a pu être sorti de la poche de Remco Evenepoel", a indiqué le président de l'UCI David Lappartient lors d'un point presse tenu à la veille du départ du Tour à Nice. Des images sur lesquelles on voit Davide Bramati, le directeur sportif de Deceuninck-Quick Step, extraire un objet de la poche arrière du coureur, ont suscité des interrogations sur les réseaux sociaux. David Lappartient a évoqué aussi le sujet des données qui auraient été transmises à partir du vélo d'Evenepoel. "A un moment le directeur sportif déclare qu'ils avaient pensé qu'il avait chuté parce qu'il avait cessé d'émettre ses données. De quelles données parle-t-on ?", s'est interrogé le président de l'UCI, à Nice à la veille du départ du Tour de France 2020. "Il est interdit d'en transmettre un certain nombre. Nous sommes en train d'investiguer sur ce point", a précisé David Lappartient. "S'il s'agit juste de données de localisation, c'est différent. Ce sont les 'datas' qu'on n'a pas le droit de transmettre." Remco Evenepoel, 20 ans, qui était le grand favori de l'épreuve, a lourdement chuté lors du Tour de Lombardie. A une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, dans la descente du Mur de Sormano, il est tombé dans un ravin après avoir heurté un muret en pierre. Le jeune Belge doit observeré une période de repos absolu d'au moins six semaines. (Belga)