Le début de la première étape du Tour de France a été très nerveux et les tentatives d'échappées ont électrisé l'avant du peloton. La bonne sortie a été l'?uvre de quatre coureurs, Greg Van Avermaet, Natnael Berhane, Mads Würtz et Xandro Meurisse. "La deuxième attaque a été la bonne et, à quatre, nous avons creusé le trou progressivement", a expliqué Xandro Meurisse. "Nous avons dû beaucoup travailler pendant une demi-heure avant de voir enfin le peloton se relever et nous laisser partir." L'avantage du quatuor est rapidement monté à un peu plus de quatre minutes avant d'être régulé à la baisse par le peloton. "J'ai tout donné dans la roue de Van Avermaet dans le Mur de Grammont, qui était décisif pour le classement de la montagne et le maillot à pois. Mais en vain. J'ai pris une petite revanche dans le Bosberg qui suivait, pour la beauté du geste. Mais je donne rendez-vous lundi car je crois que c'est possible de prendre le maillot entre Binche et Epernay." Quatre difficultés sont répertoriées dans la dernière heure de course. "Je pense que nous pouvons être contents de l'entrée en matière de l'équipe dans ce Tour. Il y a deux mois, j'avais dit que je serais dans l'échappée de la première étape, et j'y étais. J'ai participé aux Championnats du monde en 2018 mais je n'ai jamais fait une course comme le Tour. Le passage en Flandre était tout bonnement extraordinaire: il faisait 25 degrés mais j'ai quand même eu la chair de poule." La 2e étape du Tour sera très importante pour l'équipe Wanty-Gobert. "Le contre-la-montre par équipe de dimanche sera un beau moment à Bruxelles mais ce sera aussi un moment vraiment dur. Il faudra tout faire pour perdre le moins de temps possible pour le classement général de notre leader Guillaume Martin." (Belga)

Le début de la première étape du Tour de France a été très nerveux et les tentatives d'échappées ont électrisé l'avant du peloton. La bonne sortie a été l'?uvre de quatre coureurs, Greg Van Avermaet, Natnael Berhane, Mads Würtz et Xandro Meurisse. "La deuxième attaque a été la bonne et, à quatre, nous avons creusé le trou progressivement", a expliqué Xandro Meurisse. "Nous avons dû beaucoup travailler pendant une demi-heure avant de voir enfin le peloton se relever et nous laisser partir." L'avantage du quatuor est rapidement monté à un peu plus de quatre minutes avant d'être régulé à la baisse par le peloton. "J'ai tout donné dans la roue de Van Avermaet dans le Mur de Grammont, qui était décisif pour le classement de la montagne et le maillot à pois. Mais en vain. J'ai pris une petite revanche dans le Bosberg qui suivait, pour la beauté du geste. Mais je donne rendez-vous lundi car je crois que c'est possible de prendre le maillot entre Binche et Epernay." Quatre difficultés sont répertoriées dans la dernière heure de course. "Je pense que nous pouvons être contents de l'entrée en matière de l'équipe dans ce Tour. Il y a deux mois, j'avais dit que je serais dans l'échappée de la première étape, et j'y étais. J'ai participé aux Championnats du monde en 2018 mais je n'ai jamais fait une course comme le Tour. Le passage en Flandre était tout bonnement extraordinaire: il faisait 25 degrés mais j'ai quand même eu la chair de poule." La 2e étape du Tour sera très importante pour l'équipe Wanty-Gobert. "Le contre-la-montre par équipe de dimanche sera un beau moment à Bruxelles mais ce sera aussi un moment vraiment dur. Il faudra tout faire pour perdre le moins de temps possible pour le classement général de notre leader Guillaume Martin." (Belga)