"Lukas Pöstlberger est tombé devant moi. J'ai évité la chute mais ma roue avant était cassée. J'ai dû changer de vélo", a raconté le Belge, récent vainqueur des Strade Bianche et de Milan-Sanremo. "Je n'ai subi aucun dommage, j'ai eu un peu chance." Wout van Aert ne comptait de toute façon pas tenter dans sa chance dans un sprint réservé aux spécialistes. "L'étape a été plutôt facile, ce n'était pas si rapide et je partais battu contre les purs sprinteurs. Nous avons terminé la journée sans souci et c'est le plus important." Mardi, la 4e étape offrira une première arrivée en altitude à Orcières-Merlette, après une ascension de 14,9 km à 7,4%. "Tout va se succéder rapidement. Je ne sais pas à quoi ressemblera cette ascension, mais je sais que ce sera une journée de travail pour moi. La seule question est de savoir si cette étape sera importante pour le classement", a ponctué Wout van Aert, qui devra se mettre au service de ses leaders Primoz Roglic et Tom Dumoulin. (Belga)

"Lukas Pöstlberger est tombé devant moi. J'ai évité la chute mais ma roue avant était cassée. J'ai dû changer de vélo", a raconté le Belge, récent vainqueur des Strade Bianche et de Milan-Sanremo. "Je n'ai subi aucun dommage, j'ai eu un peu chance." Wout van Aert ne comptait de toute façon pas tenter dans sa chance dans un sprint réservé aux spécialistes. "L'étape a été plutôt facile, ce n'était pas si rapide et je partais battu contre les purs sprinteurs. Nous avons terminé la journée sans souci et c'est le plus important." Mardi, la 4e étape offrira une première arrivée en altitude à Orcières-Merlette, après une ascension de 14,9 km à 7,4%. "Tout va se succéder rapidement. Je ne sais pas à quoi ressemblera cette ascension, mais je sais que ce sera une journée de travail pour moi. La seule question est de savoir si cette étape sera importante pour le classement", a ponctué Wout van Aert, qui devra se mettre au service de ses leaders Primoz Roglic et Tom Dumoulin. (Belga)