"Dans le dernier kilomètre je n'avais plus personne de mon équipe avec moi, mais je me sentais fort et je suis resté dans la roue de Sagan pendant un moment", a raconté le Norvégien. "J'avais de très bonnes jambes pour l'arrivée, même si je n'ai pas eu une préparation idéale avant le Tour. J'ai notamment chuté il y a quelques jours. C'est un moment incroyable pour moi alors que j'ai maintenant 33 ans et qu'il ne me reste plus beaucoup d'années devant moi. Cela représente beaucoup, c'est un rêve de pouvoir porter le maillot jaune." "Ce n'était pas dans mon idée ce matin mais je savais qu'il y avait des chances que ça arrive au sprint", a poursuivi Kristoff. "Il faut vraiment être en forme sur le Tour de France pour pouvoir s'imposer dans la première étape. C'est important de savoir que j'ai pu rivaliser avec tous les autres sprinteurs et les battre. On ne peut pas démarrer mieux, mais c'est quand même une petite surprise de réussir à remporter un sprint ici." (Belga)

"Dans le dernier kilomètre je n'avais plus personne de mon équipe avec moi, mais je me sentais fort et je suis resté dans la roue de Sagan pendant un moment", a raconté le Norvégien. "J'avais de très bonnes jambes pour l'arrivée, même si je n'ai pas eu une préparation idéale avant le Tour. J'ai notamment chuté il y a quelques jours. C'est un moment incroyable pour moi alors que j'ai maintenant 33 ans et qu'il ne me reste plus beaucoup d'années devant moi. Cela représente beaucoup, c'est un rêve de pouvoir porter le maillot jaune." "Ce n'était pas dans mon idée ce matin mais je savais qu'il y avait des chances que ça arrive au sprint", a poursuivi Kristoff. "Il faut vraiment être en forme sur le Tour de France pour pouvoir s'imposer dans la première étape. C'est important de savoir que j'ai pu rivaliser avec tous les autres sprinteurs et les battre. On ne peut pas démarrer mieux, mais c'est quand même une petite surprise de réussir à remporter un sprint ici." (Belga)