Vainqueur de son premier grand tour sur les routes du Tour de France en septembre dernier, Tadej Pogacar va cette fois découvrir la Grande Boucle dans la peau du grand favori. Du haut de ses 22 ans, le Slovène a déjà signé de probants résultats cette saison en remportant le classement général du Tour des Émirats arabes unis et de Tirreno-Adriatico. 'Pogi' avait conclu son printemps par un succès à Liège-Bastogne-Liège, remportant par la même occasion son premier Monument. En montagne, Pogacar sera cependant mieux entouré qu'en 2020 avec Rafal Majka, Davide Formolo et Brandon McNulty, sans oublier Marc Hirschi, l'une des révélations de la dernière édition. "C'est un privilège de revenir sur le Tour en tant que champion en titre", a confié Pogacar. Je suis impatient de commencer ce Tour avec une bonne préparation et une bonne condition. J'ai confiance en moi et en mon équipe. Nous sommes impatients de relever le défi." Cette année encore, le coureur d'UAE Emirates aura son compatriote Primoz Roglic (Jumbo-Visma) comme principal concurrent. L'année dernière, Roglic avait complètement craqué dans le dernier contre-la-montre à la Planche des Belles Filles, la veille de l'arrivée à Paris, et avait dû laisser son maillot jaune à Pogacar. Vainqueur du Tour du Pays basque et deuxième de la Flèche Wallonne cette saison, Roglic a changé sa préparation par rapport à l'année dernière. Plus de Dauphiné Libéré en guise d'ultime préparation avant le Tour. Pas non plus de Championnat national de Slovénie à la fin du mois de juin. Le coureur de 31 ans a plutôt privilégié les stages en altitude afin de travailler sa condition. En montagne, le double vainqueur du Tour d'Espagne pourra compter sur le soutien Steven Kruijswijk, Sepp Kuss et Jonas Vingegaard mais aussi de Wout van Aert qui avait montré l'année dernière ses capacités quand la route s'élevait. À côté des deux monstres slovènes, Ineos Grenadiers tentera de venir mettre son grain de sel. Malgré l'absence d'Egan Bernal, qui avait privilégié le Tour d'Italie, la formation britannique a aligné une véritable armada Geraint Thomas, Richie Porte et Richard Carapaz. Ce trio sera encore entouré de lieutenants de luxe avec Michal Kwiatkowski, Tao Geoghegan Hart et Dylan van Baarle. Derrière Pogacar, Roglic et les Ineos Grenadiers, plusieurs outsiders ont l'ambition de bousculer cette hiérarchie attendue. Parmi eux, on retrouve le duo de la Bora, le Néerlandais Wilco Kelderman (3e du Giro en 2020) et l'Allemand Emanuel Buchmann (4e du Tour 2019); le Colombien Miguel Angel Lopez de la Movistar (déjà plusieurs top 5 dans les Grands Tours); l'Espagnol et leader de la Barhain Pello Bilbao (5e du Giro en 2020); le Français David Gaudu de la Groupama-FDJ; le Canadien de l'équipe Israel-Start-Up Nation Michael Woods ou encore le coureur d'Astana, le Danois Jakob Fuglsang. Outre le classement général, le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin) - qui abordera surtout son premier Tour de France comme préparation aux épreuves de mountainbike aux Jeux olympiques - et le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) devraient quant à eux dynamiter plusieurs étapes aux profils vallonnés. Côté sprint, si l'Irlandais Sam Bennett - maillot vert l'an dernier - a choisi de renoncer au Tour, le sprinteur australien de la Lotto-Soudal Caleb Ewan s'érige comme grand favori pour les sprints massifs. Il pourrait néanmoins ne pas porter la tunique verte sur les Champs-Elysées alors que des coureurs plus polyvalents risquent d'engranger davantage de points. Ce pourrait être le cas de l'Italien Sonny Colbrelli de la Barhain, éventuellement de Wout Van Aert - en fonction de la liberté qui lui sera accordée au sein de la Jumbo -, du Slovaque Peter Sagan (7x maillot vert sur le Tour mais en perte de vitesse ces derniers mois) ou encore de l'Australien Michael Mattews (BikeExchange). Le Tour de France s'achèvera le dimanche 18 juillet avec l'arrivée à Paris sur les Champs Elysées. (Belga)

Vainqueur de son premier grand tour sur les routes du Tour de France en septembre dernier, Tadej Pogacar va cette fois découvrir la Grande Boucle dans la peau du grand favori. Du haut de ses 22 ans, le Slovène a déjà signé de probants résultats cette saison en remportant le classement général du Tour des Émirats arabes unis et de Tirreno-Adriatico. 'Pogi' avait conclu son printemps par un succès à Liège-Bastogne-Liège, remportant par la même occasion son premier Monument. En montagne, Pogacar sera cependant mieux entouré qu'en 2020 avec Rafal Majka, Davide Formolo et Brandon McNulty, sans oublier Marc Hirschi, l'une des révélations de la dernière édition. "C'est un privilège de revenir sur le Tour en tant que champion en titre", a confié Pogacar. Je suis impatient de commencer ce Tour avec une bonne préparation et une bonne condition. J'ai confiance en moi et en mon équipe. Nous sommes impatients de relever le défi." Cette année encore, le coureur d'UAE Emirates aura son compatriote Primoz Roglic (Jumbo-Visma) comme principal concurrent. L'année dernière, Roglic avait complètement craqué dans le dernier contre-la-montre à la Planche des Belles Filles, la veille de l'arrivée à Paris, et avait dû laisser son maillot jaune à Pogacar. Vainqueur du Tour du Pays basque et deuxième de la Flèche Wallonne cette saison, Roglic a changé sa préparation par rapport à l'année dernière. Plus de Dauphiné Libéré en guise d'ultime préparation avant le Tour. Pas non plus de Championnat national de Slovénie à la fin du mois de juin. Le coureur de 31 ans a plutôt privilégié les stages en altitude afin de travailler sa condition. En montagne, le double vainqueur du Tour d'Espagne pourra compter sur le soutien Steven Kruijswijk, Sepp Kuss et Jonas Vingegaard mais aussi de Wout van Aert qui avait montré l'année dernière ses capacités quand la route s'élevait. À côté des deux monstres slovènes, Ineos Grenadiers tentera de venir mettre son grain de sel. Malgré l'absence d'Egan Bernal, qui avait privilégié le Tour d'Italie, la formation britannique a aligné une véritable armada Geraint Thomas, Richie Porte et Richard Carapaz. Ce trio sera encore entouré de lieutenants de luxe avec Michal Kwiatkowski, Tao Geoghegan Hart et Dylan van Baarle. Derrière Pogacar, Roglic et les Ineos Grenadiers, plusieurs outsiders ont l'ambition de bousculer cette hiérarchie attendue. Parmi eux, on retrouve le duo de la Bora, le Néerlandais Wilco Kelderman (3e du Giro en 2020) et l'Allemand Emanuel Buchmann (4e du Tour 2019); le Colombien Miguel Angel Lopez de la Movistar (déjà plusieurs top 5 dans les Grands Tours); l'Espagnol et leader de la Barhain Pello Bilbao (5e du Giro en 2020); le Français David Gaudu de la Groupama-FDJ; le Canadien de l'équipe Israel-Start-Up Nation Michael Woods ou encore le coureur d'Astana, le Danois Jakob Fuglsang. Outre le classement général, le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin) - qui abordera surtout son premier Tour de France comme préparation aux épreuves de mountainbike aux Jeux olympiques - et le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) devraient quant à eux dynamiter plusieurs étapes aux profils vallonnés. Côté sprint, si l'Irlandais Sam Bennett - maillot vert l'an dernier - a choisi de renoncer au Tour, le sprinteur australien de la Lotto-Soudal Caleb Ewan s'érige comme grand favori pour les sprints massifs. Il pourrait néanmoins ne pas porter la tunique verte sur les Champs-Elysées alors que des coureurs plus polyvalents risquent d'engranger davantage de points. Ce pourrait être le cas de l'Italien Sonny Colbrelli de la Barhain, éventuellement de Wout Van Aert - en fonction de la liberté qui lui sera accordée au sein de la Jumbo -, du Slovaque Peter Sagan (7x maillot vert sur le Tour mais en perte de vitesse ces derniers mois) ou encore de l'Australien Michael Mattews (BikeExchange). Le Tour de France s'achèvera le dimanche 18 juillet avec l'arrivée à Paris sur les Champs Elysées. (Belga)