"C'est une journée incroyable", dit Tadej Pogacar. "J'ai tout donné sur la dernière ascension. Je n'ai pas réussi à me débarrasser des autres mais on a coopéré et on a réussi à revenir sur Marc Hirschi qui a fait une super étape. Ensuite j'ai réussi à remporter l'étape, c'est fou. Je me suis toujours battu pour la victoire dès que j'ai eu l'occasion de le faire, y compris contre Primoz. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour lui, et d'ailleurs je respecte tout le monde. Mais c'est une course cycliste et si j'ai les jambes, j'attaque. Une nouvelle génération est là, et j'ai mon propre style. Si je n'attaque pas, c'est que je n'ai pas les jambes", ajoute le coureur slovène de 21 ans, qui dispute son second grand tour après la Vuelta 2019, dont il a pris la 3e place finale après avoir remporté la bagatelle de trois étapes. (Belga)

"C'est une journée incroyable", dit Tadej Pogacar. "J'ai tout donné sur la dernière ascension. Je n'ai pas réussi à me débarrasser des autres mais on a coopéré et on a réussi à revenir sur Marc Hirschi qui a fait une super étape. Ensuite j'ai réussi à remporter l'étape, c'est fou. Je me suis toujours battu pour la victoire dès que j'ai eu l'occasion de le faire, y compris contre Primoz. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour lui, et d'ailleurs je respecte tout le monde. Mais c'est une course cycliste et si j'ai les jambes, j'attaque. Une nouvelle génération est là, et j'ai mon propre style. Si je n'attaque pas, c'est que je n'ai pas les jambes", ajoute le coureur slovène de 21 ans, qui dispute son second grand tour après la Vuelta 2019, dont il a pris la 3e place finale après avoir remporté la bagatelle de trois étapes. (Belga)