"Notre stratégie, c'est de stresser Jonas Vingegaard et la Jumbo-Visma tant que nous le pouvons, et ça marche", a expliqué Tadej Pogacar. "Je sais par ma propre expérience que porter le maillot jaune, c'est beaucoup de pression sur les épaules, parce qu'il faut courir défensivement plutôt que d'attaquer. Pendant que les Jumbo-Visma emmenaient le peloton samedi, nous économisions des forces afin de pouvoir prévoir nos attaques. Je ne sais pas si les Jumbo-Visma ont peur de moi, mais ils étaient dans ma roue tout le temps et ils ne me laissaient pas partir. En début d'étape, j'ai vu que Wout van Aert essayait de boucher le trou avec le groupe de tête alors je l'ai suivi. Toute son équipe a ainsi dû produire un effort pour revenir. Je sais qu'ils ont une équipe forte et que ce n'était pas possible de prendre l'échappée samedi. Dans la finale, j'ai durci la course comme j'ai pu pendant l'ascension de la Croix Neuve, mais la montée était trop courte. Je me sens bien, les jambes sont toujours bonnes, j'ai hâte d'être dans les Pyrénées." (Belga)

"Notre stratégie, c'est de stresser Jonas Vingegaard et la Jumbo-Visma tant que nous le pouvons, et ça marche", a expliqué Tadej Pogacar. "Je sais par ma propre expérience que porter le maillot jaune, c'est beaucoup de pression sur les épaules, parce qu'il faut courir défensivement plutôt que d'attaquer. Pendant que les Jumbo-Visma emmenaient le peloton samedi, nous économisions des forces afin de pouvoir prévoir nos attaques. Je ne sais pas si les Jumbo-Visma ont peur de moi, mais ils étaient dans ma roue tout le temps et ils ne me laissaient pas partir. En début d'étape, j'ai vu que Wout van Aert essayait de boucher le trou avec le groupe de tête alors je l'ai suivi. Toute son équipe a ainsi dû produire un effort pour revenir. Je sais qu'ils ont une équipe forte et que ce n'était pas possible de prendre l'échappée samedi. Dans la finale, j'ai durci la course comme j'ai pu pendant l'ascension de la Croix Neuve, mais la montée était trop courte. Je me sens bien, les jambes sont toujours bonnes, j'ai hâte d'être dans les Pyrénées." (Belga)