"Je voulais vraiment être dans l'échappée", a déclaré Philippe Gilbert. "C'était vraiment fou de voir à quelle vitesse cela roulait au début. Sur les deux premières difficultés, c'était vraiment rapide. Tout à coup, on s'est échappé avec quelques coureurs. Beaucoup d'autres coureurs sont revenus, et le groupe est devenu très important." En fin de compte, la chaleur a contribué à ce que Gilbert abandonne la tête de course au début de la montée finale vers l'altiport de Megève, et il a également été rattrapé par le peloton. "C'était bien d'être à l'avant pour une fois, mais j'ai dû lâcher prise dans la dernière montée. J'étais vraiment "à bloc", et j'ai eu un moment très chaud. J'ai dû boire beaucoup d'eau pour récupérer. La chaleur était extrême. Je suis quelqu'un qui ne transpire pas normalement, mais je suis complètement blanc à cause du sel." Gilbert, 40 ans, prédit avec toute son expérience que les températures encore plus élevées prévues plus tard dans la semaine poseront des problèmes. À Carcassonne, par exemple, la température peut monter jusqu'à quarante degrés: "Ce sera une semaine très extrême. Ça va vraiment être un problème. Il va falloir boire beaucoup, mais on ne peut pas boire quinze litres en une journée." (Belga)

"Je voulais vraiment être dans l'échappée", a déclaré Philippe Gilbert. "C'était vraiment fou de voir à quelle vitesse cela roulait au début. Sur les deux premières difficultés, c'était vraiment rapide. Tout à coup, on s'est échappé avec quelques coureurs. Beaucoup d'autres coureurs sont revenus, et le groupe est devenu très important." En fin de compte, la chaleur a contribué à ce que Gilbert abandonne la tête de course au début de la montée finale vers l'altiport de Megève, et il a également été rattrapé par le peloton. "C'était bien d'être à l'avant pour une fois, mais j'ai dû lâcher prise dans la dernière montée. J'étais vraiment "à bloc", et j'ai eu un moment très chaud. J'ai dû boire beaucoup d'eau pour récupérer. La chaleur était extrême. Je suis quelqu'un qui ne transpire pas normalement, mais je suis complètement blanc à cause du sel." Gilbert, 40 ans, prédit avec toute son expérience que les températures encore plus élevées prévues plus tard dans la semaine poseront des problèmes. À Carcassonne, par exemple, la température peut monter jusqu'à quarante degrés: "Ce sera une semaine très extrême. Ça va vraiment être un problème. Il va falloir boire beaucoup, mais on ne peut pas boire quinze litres en une journée." (Belga)