"Ce matin, Peter Sagan a dû quitter le Tour en raison de problèmes au genou. Cela a changé notre tactique. Nous devions nous montrer plus offensifs", a analysé le pensionnaire de l'équipe BORA-hansgrohe. C'est d'ailleurs en se montrant actif dès les premiers kilomètres, marqués par un vent violent, que Politt a pu accrocher la bonne échappée. "Je me sens bien depuis quelques jours. J'ai tenté de donner le meilleur de moi-même et j'ai décroché cette victoire. C'est fou"', a ajouté celui qui a passé la majeure partie de la journée dans un groupe de tête constitué de 13 éléments, dont les Belges Edward Theuns et Brent Van Moer. "Il y avait des sprinteurs et des hommes rapides devant avec moi. Je savais qu'il fallait durcir la course et attaquer. J'ai placé une première accélération, ce qui a réduit le groupe à 4 éléments. Il fallait ensuite tout donner dans la dernière bosse, ce que j'ai fait." Le natif de Cologne, 27 ans, a placé une accélération tranchante et tenu le rythme pour écrire la plus belle ligne d'un palmarès qui recensait une seule victoire. Il avait enlevé, en 2018, la 4e étape du Tour d'Allemagne. "J'ai pensé à tous les efforts consentis ces dernières années quand j'ai passé la ligne d'arrivée. Remporter une étape du Tour, c'est le plus bel accomplissement." (Belga)

"Ce matin, Peter Sagan a dû quitter le Tour en raison de problèmes au genou. Cela a changé notre tactique. Nous devions nous montrer plus offensifs", a analysé le pensionnaire de l'équipe BORA-hansgrohe. C'est d'ailleurs en se montrant actif dès les premiers kilomètres, marqués par un vent violent, que Politt a pu accrocher la bonne échappée. "Je me sens bien depuis quelques jours. J'ai tenté de donner le meilleur de moi-même et j'ai décroché cette victoire. C'est fou"', a ajouté celui qui a passé la majeure partie de la journée dans un groupe de tête constitué de 13 éléments, dont les Belges Edward Theuns et Brent Van Moer. "Il y avait des sprinteurs et des hommes rapides devant avec moi. Je savais qu'il fallait durcir la course et attaquer. J'ai placé une première accélération, ce qui a réduit le groupe à 4 éléments. Il fallait ensuite tout donner dans la dernière bosse, ce que j'ai fait." Le natif de Cologne, 27 ans, a placé une accélération tranchante et tenu le rythme pour écrire la plus belle ligne d'un palmarès qui recensait une seule victoire. Il avait enlevé, en 2018, la 4e étape du Tour d'Allemagne. "J'ai pensé à tous les efforts consentis ces dernières années quand j'ai passé la ligne d'arrivée. Remporter une étape du Tour, c'est le plus bel accomplissement." (Belga)