"Mon corps a bien répondu à la chaleur, j'ai passé une bonne journée sur le vélo. Le rythme d'Ineos ne m'a pas gêné, j'avais de bonnes jambes. J'ai vu mes parents dans la dernière ascension, ça l'a rendue plus facile. Quand je les ai vus, j'ai oublié quelques instants qu'on souffrait tous", a ajouté le coureur slovène. Tadej Pogacar se montre désormais encore plus confiant pour la suite et la fin du Tour. "Tout le peloton est fatigué, moi le premier. La dernière semaine approche, on verra probablement des attaques moins tranchantes mais plus de coureurs qui craquent. La chaleur était ce qui m'effrayait le plus avant le Tour. Mais après cette semaine, où (presque) chaque journée a été chaude, je me sens plus serein. On ne sait jamais ce qui peut arriver mais j'entame confiant la dernière semaine." Lundi, le peloton connaîtra sa deuxième et dernière journée de repos avant de poursuivre le Tour mardi dans les Pyrénées et la 16e étape entre Le Pas de la Case (en Andorre) et Saint-Gaudens. (Belga)

"Mon corps a bien répondu à la chaleur, j'ai passé une bonne journée sur le vélo. Le rythme d'Ineos ne m'a pas gêné, j'avais de bonnes jambes. J'ai vu mes parents dans la dernière ascension, ça l'a rendue plus facile. Quand je les ai vus, j'ai oublié quelques instants qu'on souffrait tous", a ajouté le coureur slovène. Tadej Pogacar se montre désormais encore plus confiant pour la suite et la fin du Tour. "Tout le peloton est fatigué, moi le premier. La dernière semaine approche, on verra probablement des attaques moins tranchantes mais plus de coureurs qui craquent. La chaleur était ce qui m'effrayait le plus avant le Tour. Mais après cette semaine, où (presque) chaque journée a été chaude, je me sens plus serein. On ne sait jamais ce qui peut arriver mais j'entame confiant la dernière semaine." Lundi, le peloton connaîtra sa deuxième et dernière journée de repos avant de poursuivre le Tour mardi dans les Pyrénées et la 16e étape entre Le Pas de la Case (en Andorre) et Saint-Gaudens. (Belga)