La 1e étape du 106e Tour de France, longue de 194,5 kilomètres, quittera Bruxelles par Anderlecht et visitera ensuite le Brabant Flamand et la Flandre Orientale, où des passages sur le Mur de Grammont et le Bosberg, deux des plus mythiques monts des classiques flandriennes, attendent les coureurs. Ceux-ci passeront ensuite par le Hainaut, jusqu'à Charleroi, avant de remonter vers Bruxelles en empruntant les routes du Brabant Wallon. Une zone pavée de 1900 mètres attend le peloton à Thiméon, peu après Charleroi, avant un sprint à Les Bons Villers (km 125). Le retour vers Bruxelles se fera via Tervueren, où habitait Eddy Merckx en 1969 - année de son premier Tour de France - et les Quatre Bras. Woluwé-Saint-Pierre, où Eddy Merckx a endossé le premier de ses 111 maillots jaunes en 1969, et Etterbeek, dont il a fréquenté l'athénée, figurent sur les derniers kilomètres du parcours. L'étape se terminera par une ligne droite de 250 mètres sur l'avenue du Parc Royal, devant le Château de Laeken. L'arrivée est prévue vers 17h02 (à une moyenne de 42 km/h). Les sprinteurs devraient être à la fête lors de cette 1e étape belge, le Mur de Grammont et le Bosberg étant trop loin de l'arrivée. Les favoris pour la 1re victoire d'étape, et par conséquent le premier maillot jaune du Tour 2019, sont donc à chercher parmi les plus rapides du peloton, l'Italien Elia Viviani (Deceuninck-QuickStep), le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) et l'Australien Caleb Ewan (Lotto Soudal) en tête. Le peloton restera à Bruxelles dimanche pour la 2e étape, un contre-la-montre par équipes de 27,6 km entre le Palais Royal et l'Atomium. (Belga)