"C'était une journée stressante donc j'étais assez nerveux", déclare Jonas Vingegaard. "Mais les gars se sont parfaitement occupés de moi, c'était important avec le vent qui soufflait de côté. Je suis très heureux qu'on ait pu faire gagner Christophe, il le mérite tellement. Il a été là pendant trois semaines, le fait qu'il puisse avoir son étape montre aussi quel type d'équipe nous sommes". Avant la traditionnelle étape sur les Champs-Elysées de dimanche, c'est un contre-la-montre de 40,7 kilomètres entre Lacapelle-Marival et Rocamadour qui attend les coureurs pour la 20e et avant-dernière étape samedi. "J'ai reconnu le parcours du contre-la-montre en avril. Il est globalement assez technique, en particulier sur les 10 premiers kilomètres", dit Jonas Vingegaard. "Je n'ai pas de stratégie, je vais juste faire tout ce que je peux, en espérant que ce soit suffisant", conclu le Danois, qui compte 3:21 d'avance sur Tadej Pogacar au général. (Belga)

"C'était une journée stressante donc j'étais assez nerveux", déclare Jonas Vingegaard. "Mais les gars se sont parfaitement occupés de moi, c'était important avec le vent qui soufflait de côté. Je suis très heureux qu'on ait pu faire gagner Christophe, il le mérite tellement. Il a été là pendant trois semaines, le fait qu'il puisse avoir son étape montre aussi quel type d'équipe nous sommes". Avant la traditionnelle étape sur les Champs-Elysées de dimanche, c'est un contre-la-montre de 40,7 kilomètres entre Lacapelle-Marival et Rocamadour qui attend les coureurs pour la 20e et avant-dernière étape samedi. "J'ai reconnu le parcours du contre-la-montre en avril. Il est globalement assez technique, en particulier sur les 10 premiers kilomètres", dit Jonas Vingegaard. "Je n'ai pas de stratégie, je vais juste faire tout ce que je peux, en espérant que ce soit suffisant", conclu le Danois, qui compte 3:21 d'avance sur Tadej Pogacar au général. (Belga)