"Je ne trouve pas les mots. Je suis très fier de ce que j'ai accompli aujourd'hui", a commenté l'Allemand après la victoire, fêtée avec son épouse et ses deux enfants. "Nous avons beaucoup essayé, et finalement nous repartons avec 2 victoires, celle de Thomas De Gendt et la mienne. Ce matin nous avions un bon plan. Je savais qu'il y avait vent de face, mais il fallait rester calme. Quand nous sommes rentrés dans le final, il nous manquait un équipier pour faire un train complet, alors j'ai choisi de prendre la roue de Kristoff parce que je savais qu'il était le plus fort. Et je remporte finalement une autre étape du Tour de France. C'est magnifique, il n'y a pas de meilleur endroit qu'ici pour gagner". Le coureur n'a pas vécu un Tour facile. La victoire s'est longtemps refusée à lui. Mais "l'équipe a continué à croire en moi", souligne-t-il. Il précise "ne pas avoir douté". "Je continue toujours à me battre, à essayer, à y aller à fond. (...) Je sais que je suis un des meilleurs sprinteurs du monde. (...) Je savais que je n'étais pas mauvais, mais que parfois il faut aussi un peu de chance." (Belga)

"Je ne trouve pas les mots. Je suis très fier de ce que j'ai accompli aujourd'hui", a commenté l'Allemand après la victoire, fêtée avec son épouse et ses deux enfants. "Nous avons beaucoup essayé, et finalement nous repartons avec 2 victoires, celle de Thomas De Gendt et la mienne. Ce matin nous avions un bon plan. Je savais qu'il y avait vent de face, mais il fallait rester calme. Quand nous sommes rentrés dans le final, il nous manquait un équipier pour faire un train complet, alors j'ai choisi de prendre la roue de Kristoff parce que je savais qu'il était le plus fort. Et je remporte finalement une autre étape du Tour de France. C'est magnifique, il n'y a pas de meilleur endroit qu'ici pour gagner". Le coureur n'a pas vécu un Tour facile. La victoire s'est longtemps refusée à lui. Mais "l'équipe a continué à croire en moi", souligne-t-il. Il précise "ne pas avoir douté". "Je continue toujours à me battre, à essayer, à y aller à fond. (...) Je sais que je suis un des meilleurs sprinteurs du monde. (...) Je savais que je n'étais pas mauvais, mais que parfois il faut aussi un peu de chance." (Belga)