"Notre plan était assez simple. Nous en avions encore parlé dans le bus et le tout était de savoir ce que Bora-Hansgrohe allait faire. Finalement, le rythme a été très vite élevé et les échappés n'avaient que très peu de chances d'aller au bout. On a décidé de rouler aussi car beaucoup de sprinters avaient du mal. Et dans ce cas-là, c'est bon pour nous, cela nous donne, à Matteo (Trentin, ndlr) et moi, plus de chances de gagner. Dans la raide montée de la Croix Rousse gravie à plus de 45 km/h, il était très difficile de pouvoir creuser un écart. Van Avermaet a bien tenté de rejoindre Hirschi avec Sagan lorsque le Suisse a attaqué. "Mais nous n'avons pas réussi à faire le trou. J'ai tout donné pourtant mais tout le monde était vraiment à la limite. Andersen (le vainqueur du jour, ndlr) est parti au bon moment. Et chapeau à lui d'avoir tenu jusqu'au bout." Greg Van Avermaet voulait jouer pour la gagne au départ de cette étape, "mais quand on voit à quelle vitesse cela s'est joué à la fin, cela veut dire que le niveau est très élevé et on ne sait dès lors plus trop à quoi s'attendre." Le coureur de CCC va entamer la dernière semaine de course en essayant de s'offrir encore une possibilité d'aller chercher une victoire d'étape avant l'arrivée sur les Champs Elysées à Paris dimanche. (Belga)

"Notre plan était assez simple. Nous en avions encore parlé dans le bus et le tout était de savoir ce que Bora-Hansgrohe allait faire. Finalement, le rythme a été très vite élevé et les échappés n'avaient que très peu de chances d'aller au bout. On a décidé de rouler aussi car beaucoup de sprinters avaient du mal. Et dans ce cas-là, c'est bon pour nous, cela nous donne, à Matteo (Trentin, ndlr) et moi, plus de chances de gagner. Dans la raide montée de la Croix Rousse gravie à plus de 45 km/h, il était très difficile de pouvoir creuser un écart. Van Avermaet a bien tenté de rejoindre Hirschi avec Sagan lorsque le Suisse a attaqué. "Mais nous n'avons pas réussi à faire le trou. J'ai tout donné pourtant mais tout le monde était vraiment à la limite. Andersen (le vainqueur du jour, ndlr) est parti au bon moment. Et chapeau à lui d'avoir tenu jusqu'au bout." Greg Van Avermaet voulait jouer pour la gagne au départ de cette étape, "mais quand on voit à quelle vitesse cela s'est joué à la fin, cela veut dire que le niveau est très élevé et on ne sait dès lors plus trop à quoi s'attendre." Le coureur de CCC va entamer la dernière semaine de course en essayant de s'offrir encore une possibilité d'aller chercher une victoire d'étape avant l'arrivée sur les Champs Elysées à Paris dimanche. (Belga)