"Je voulais tenter ma chance à environ un kilomètre et demi de l'arrivée. Le pourcentage atteignait les 10%. La course se déroulait parfaitement pour moi, jusqu'à ce que Sergio Pardilla parte à l'attaque. Il a directement pris un avantage considérable. Personne n'a réagi", a raconté Ben Hermans. "À 1,5 kilomètre de l'arrivée, j'ai accéléré. Seul Alberto Contador a pu suivre mon rythme. Le reste a été lâché. À environ 500 mètres de la ligne, Contador a accéléré à son tour et j'ai dû le laisser passer. Il n'a pas pris plus de quatre ou cinq secondes. Soudain, j'ai réalisé que je pouvais être le vainqueur final si je parvenais à tenir. J'ai tout donné, mais finalement, j'échoue à une seconde de Contador au classement final. Je peux toutefois être confiant en vue du Tour d'Espagne." (Belga)

"Je voulais tenter ma chance à environ un kilomètre et demi de l'arrivée. Le pourcentage atteignait les 10%. La course se déroulait parfaitement pour moi, jusqu'à ce que Sergio Pardilla parte à l'attaque. Il a directement pris un avantage considérable. Personne n'a réagi", a raconté Ben Hermans. "À 1,5 kilomètre de l'arrivée, j'ai accéléré. Seul Alberto Contador a pu suivre mon rythme. Le reste a été lâché. À environ 500 mètres de la ligne, Contador a accéléré à son tour et j'ai dû le laisser passer. Il n'a pas pris plus de quatre ou cinq secondes. Soudain, j'ai réalisé que je pouvais être le vainqueur final si je parvenais à tenir. J'ai tout donné, mais finalement, j'échoue à une seconde de Contador au classement final. Je peux toutefois être confiant en vue du Tour d'Espagne." (Belga)