"Nous nous sommes mis à plat ventre dans la montée, la vitesse était très élevée", a détaillé Nibali. "Je n'ai pas compris pourquoi Zakarin n'a pas collaboré tout de suite quand nous sommes revenus sur les deux de devant. Je pense que si Quintana avait été le plus fort, il serait passé à l'attaque." Malgré le statut de favori de Dumoulin au contre-la-montre, le 'Requin de Messine' refuse de s'avouer vaincu. "Les forces sont égales après cette troisième semaine. Le Giro a été difficile, très tactique. Chacun a connu un jour moins bien, d'où ces écarts très limités. Le contre-la-montre? Dumoulin a été tellement mis à contribution ces deux derniers jours qu'il ne devrait pas être à son maximum." (Belga)

"Nous nous sommes mis à plat ventre dans la montée, la vitesse était très élevée", a détaillé Nibali. "Je n'ai pas compris pourquoi Zakarin n'a pas collaboré tout de suite quand nous sommes revenus sur les deux de devant. Je pense que si Quintana avait été le plus fort, il serait passé à l'attaque." Malgré le statut de favori de Dumoulin au contre-la-montre, le 'Requin de Messine' refuse de s'avouer vaincu. "Les forces sont égales après cette troisième semaine. Le Giro a été difficile, très tactique. Chacun a connu un jour moins bien, d'où ces écarts très limités. Le contre-la-montre? Dumoulin a été tellement mis à contribution ces deux derniers jours qu'il ne devrait pas être à son maximum." (Belga)