Vainqueur de la 6e étape du Tour de Catalogne en mars et notamment très en vue sur la Flèche Wallonne, Schachmann réalise une très bonne saison 2018. Et dire que le Berlinois de 24 ans revient d'une longue revalidation après un lourde chute au Tour de Pologne l'an dernier. "Avec cette victoire, j'arrive vraiment près du top du cyclisme mondial. C'est la plus beau moment de ma carrière mais je suis conscient que ce sera plus compliqué dans le futur", a déclaré le Berlinois qui est ensuite revenu plus en détail sur sa prestation "Après le premier jour de repos, j'ai souffert d'un infection aux voies respiratoires. J'ai heureusement pu me remettre durant la deuxième journée. Aujourd'hui, nous pensions que l'échappée avait de bonnes chance d'arriver. J'ai pu l'intégrer grâce à mon équipier Michael Morkov. J'étais confiant pour la dernière montée. Je savais que j'avais de bonnes jambes mais j'ai essayer de conserver mes forces pour les derniers mètres. Je savais que les deux derniers kilomètres me convenaient. Lorsque Plaza est revenu sur Cattaneo et moi, je n'ai pas paniqué. C'est un coureur expérimenté mais je savais qu'il n'allait pas gagner." (Belga)

Vainqueur de la 6e étape du Tour de Catalogne en mars et notamment très en vue sur la Flèche Wallonne, Schachmann réalise une très bonne saison 2018. Et dire que le Berlinois de 24 ans revient d'une longue revalidation après un lourde chute au Tour de Pologne l'an dernier. "Avec cette victoire, j'arrive vraiment près du top du cyclisme mondial. C'est la plus beau moment de ma carrière mais je suis conscient que ce sera plus compliqué dans le futur", a déclaré le Berlinois qui est ensuite revenu plus en détail sur sa prestation "Après le premier jour de repos, j'ai souffert d'un infection aux voies respiratoires. J'ai heureusement pu me remettre durant la deuxième journée. Aujourd'hui, nous pensions que l'échappée avait de bonnes chance d'arriver. J'ai pu l'intégrer grâce à mon équipier Michael Morkov. J'étais confiant pour la dernière montée. Je savais que j'avais de bonnes jambes mais j'ai essayer de conserver mes forces pour les derniers mètres. Je savais que les deux derniers kilomètres me convenaient. Lorsque Plaza est revenu sur Cattaneo et moi, je n'ai pas paniqué. C'est un coureur expérimenté mais je savais qu'il n'allait pas gagner." (Belga)