La 14e étape du Giro menait le peloton de Cittadella, en Vénétie, au Zoncolan, en Frioul-Vénétie Julienne. Deux côtes figuraient en amuse-bouche, Castello di Caneva (4e catégorie) et Forcella di Monte Rest (2e catégorie). La course ne tardait pas à démarrer. Victor Campenaerts (Qhubeka ASSOS) puis Thomas De Gendt (Lotto Soudal) tentaient leur chance dès les premiers kilomètres, en vain. A l'initiative de l'Italien Edoardo Affini (Jumbo-Visma), deuxième vendredi, un groupe de onze coureurs parvenaient à s'échapper. Affini recevait la compagnie de son équipier néo-zélandais George Bennett, 23e du général à 11:21 du maillot rose. EOLO-Kometa avec les Italiens Vincenzo Albanese et Lorenzo Fortunato et Trek-Segafredo avec l'Italien Jacopo Mosca et le Néerlandais Bauke Mollema comptaient aussi deux hommes dans l'échappée, complétée par l'Italien Alessandro Covi (UAE Team Emirates), l'Ukrainien Andrii Ponomar (Androni-Sidermec), le Slovène Jan Tratnik (Bahrain-Victorious), le Français Rémy Rochas (Cofidis) et le Portugais Nelson Oliveira (Movistar). Les fugitifs comptaient plus de 8 minutes d'avance au moment d'aborder la Forcella di Monte Rest (10,5 km à 5,9 pour-cent). Ils restaient à onze à l'issue de cette ascension, alors que l'écart commençait à baisser. Dans la descente, Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) se faisait un moment distancer, mais il revenait rapidement dans le peloton. Le Zoncolan et ses 14,1 km à 8,5 pour-cent de moyenne, avec un passage à 27 pour-cent dans le final, se présentait alors aux coureurs. Sans surprise, le groupe de tête se réduisait rapidement. Tratnik tentait l'aventure en solitaire dès le départ de l'ascension. Il était rejoint par Fortunato. Derrière eux, un quatuor composé de Bennett, Oliveira, Mollema et Covi. A 2,3 km de l'arrivée, sur les portions les plus raides, Fortunato lâchait Tratnik et se retrouvait seul en tête. Evenepoel luttait pour rester accroché au groupe des favoris, emmené par les INEOS Grenadiers du maillot rose Egan Bernal. Le Britannique Simon Yates (BikeExchange) attaquait à 2 km de l'arrivée. Seul Bernal pouvait prendre sa roue. Lorenzo Fortunato tenait bon jusqu'à l'arrivée et s'en allait décrocher, à 25 ans, la première victoire de sa carrière. Tratnik prenait la deuxième place à 26 secondes, devant Covi, troisième à 59 secondes. Bernal, qui lâchait Yates dans le final, se classait quatrième à 1:43. Le Colombien creuse l'écart au général, où Yates grimpe à la deuxième place à 1:33. L'Italien Damiano Caruso (Bahrain-Victorious) est troisième à 1:51. Evenepoel recule en 8e position à 3:52. Dimanche, le Giro passera par la Slovénie avant de revenir à Gorizia, lieu d'arrivée de la 15e étape. Au départ de Grado, l'étape semble propice aux attaquants, avec un col de quatrième catégorie à répéter trois fois, une bosse non-catégorisée à 3 km de l'arrivée et un passage sur des pavés juste avant la ligne. (Belga)

La 14e étape du Giro menait le peloton de Cittadella, en Vénétie, au Zoncolan, en Frioul-Vénétie Julienne. Deux côtes figuraient en amuse-bouche, Castello di Caneva (4e catégorie) et Forcella di Monte Rest (2e catégorie). La course ne tardait pas à démarrer. Victor Campenaerts (Qhubeka ASSOS) puis Thomas De Gendt (Lotto Soudal) tentaient leur chance dès les premiers kilomètres, en vain. A l'initiative de l'Italien Edoardo Affini (Jumbo-Visma), deuxième vendredi, un groupe de onze coureurs parvenaient à s'échapper. Affini recevait la compagnie de son équipier néo-zélandais George Bennett, 23e du général à 11:21 du maillot rose. EOLO-Kometa avec les Italiens Vincenzo Albanese et Lorenzo Fortunato et Trek-Segafredo avec l'Italien Jacopo Mosca et le Néerlandais Bauke Mollema comptaient aussi deux hommes dans l'échappée, complétée par l'Italien Alessandro Covi (UAE Team Emirates), l'Ukrainien Andrii Ponomar (Androni-Sidermec), le Slovène Jan Tratnik (Bahrain-Victorious), le Français Rémy Rochas (Cofidis) et le Portugais Nelson Oliveira (Movistar). Les fugitifs comptaient plus de 8 minutes d'avance au moment d'aborder la Forcella di Monte Rest (10,5 km à 5,9 pour-cent). Ils restaient à onze à l'issue de cette ascension, alors que l'écart commençait à baisser. Dans la descente, Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) se faisait un moment distancer, mais il revenait rapidement dans le peloton. Le Zoncolan et ses 14,1 km à 8,5 pour-cent de moyenne, avec un passage à 27 pour-cent dans le final, se présentait alors aux coureurs. Sans surprise, le groupe de tête se réduisait rapidement. Tratnik tentait l'aventure en solitaire dès le départ de l'ascension. Il était rejoint par Fortunato. Derrière eux, un quatuor composé de Bennett, Oliveira, Mollema et Covi. A 2,3 km de l'arrivée, sur les portions les plus raides, Fortunato lâchait Tratnik et se retrouvait seul en tête. Evenepoel luttait pour rester accroché au groupe des favoris, emmené par les INEOS Grenadiers du maillot rose Egan Bernal. Le Britannique Simon Yates (BikeExchange) attaquait à 2 km de l'arrivée. Seul Bernal pouvait prendre sa roue. Lorenzo Fortunato tenait bon jusqu'à l'arrivée et s'en allait décrocher, à 25 ans, la première victoire de sa carrière. Tratnik prenait la deuxième place à 26 secondes, devant Covi, troisième à 59 secondes. Bernal, qui lâchait Yates dans le final, se classait quatrième à 1:43. Le Colombien creuse l'écart au général, où Yates grimpe à la deuxième place à 1:33. L'Italien Damiano Caruso (Bahrain-Victorious) est troisième à 1:51. Evenepoel recule en 8e position à 3:52. Dimanche, le Giro passera par la Slovénie avant de revenir à Gorizia, lieu d'arrivée de la 15e étape. Au départ de Grado, l'étape semble propice aux attaquants, avec un col de quatrième catégorie à répéter trois fois, une bosse non-catégorisée à 3 km de l'arrivée et un passage sur des pavés juste avant la ligne. (Belga)