Hindley n'avait plus levé les bras depuis la 18e étape du Giro 2020 où il avait pris la 2e place du classement général. "J'ai connu une année 2021 difficile avec beaucoup de maladies et de chutes. J'avais même dû abandonner sur le Giro. Je suis content d'avoir retrouvé mon niveau", a assuré l'Australien. "C'est beau de gagner ici, j'ai vécu ici pendant six mois quand j'étais amateur", a ajouté Hindley. "J'ai longtemps roulé sur le Passo Lanciano (l'avant-dernière difficulté du jour, ndlr.). Je ne me sentais pas bien dans la montée et j'ai essayé de tenir et grimper à mon rythme. Heureusement, ils se sont neutralisés devant." Revenu sur Richard Carapaz, Romain Bardet et Mikel Landa en compagnie de Joao Almeida et Domenico Pozzovivo sous la flamme rouge, Hindley a réglé le sprint devant Bardet et Carapaz. "Je savais que c'était moins raide dans le final et je savais que je devais être en tête dans le dernier virage. J'ai alors tout donné jusqu'à l'arrivée." (Belga)

Hindley n'avait plus levé les bras depuis la 18e étape du Giro 2020 où il avait pris la 2e place du classement général. "J'ai connu une année 2021 difficile avec beaucoup de maladies et de chutes. J'avais même dû abandonner sur le Giro. Je suis content d'avoir retrouvé mon niveau", a assuré l'Australien. "C'est beau de gagner ici, j'ai vécu ici pendant six mois quand j'étais amateur", a ajouté Hindley. "J'ai longtemps roulé sur le Passo Lanciano (l'avant-dernière difficulté du jour, ndlr.). Je ne me sentais pas bien dans la montée et j'ai essayé de tenir et grimper à mon rythme. Heureusement, ils se sont neutralisés devant." Revenu sur Richard Carapaz, Romain Bardet et Mikel Landa en compagnie de Joao Almeida et Domenico Pozzovivo sous la flamme rouge, Hindley a réglé le sprint devant Bardet et Carapaz. "Je savais que c'était moins raide dans le final et je savais que je devais être en tête dans le dernier virage. J'ai alors tout donné jusqu'à l'arrivée." (Belga)