"Je suis un gagnant et je veux toujours plus. Mais une quatrième place dans mon premier sprint n'est certainement pas si mal", a estimé le coureur de l'équipe Jumbo, qui n'avait plus disputé de sprint depuis l'accident du Tour de Pologne qui lui a été imputé le 5 août dernier. Groenewegen, qui avait envoyé dans les barrières son compatriote Fabio Jakobsen (plongé ensuite dans le coma), a été sanctionné par l'Union cycliste internationale (UCI) d'une suspension qui a pris fin juste avant le départ du Tour d'Italie. "Je sens avoir de bonnes jambes, alors j'ai hâte d'être au prochain sprint", a ajouté le Néerlandais au terme de cette 2e étape. "L'équipe a très bien roulé. C'est la première fois que je cours avec Dekker et Affini. On a besoin d'un peu de temps pour se rôder grâce à eux, j'étais très bien placé". "Le sprint s'est plutôt bien passé, mieux que prévu", a poursuivi Groenewegen. "J'aurais peut-être dû me lancer plus tôt, hésiter un peu moins. Je dois retrouver les sensations et aussi la confiance en moi". Groenewegen, qui découvre le Giro à l'âge de 27 ans, compte notamment à son palmarès quatre victoires d'étape dans le Tour de France. (Belga)

"Je suis un gagnant et je veux toujours plus. Mais une quatrième place dans mon premier sprint n'est certainement pas si mal", a estimé le coureur de l'équipe Jumbo, qui n'avait plus disputé de sprint depuis l'accident du Tour de Pologne qui lui a été imputé le 5 août dernier. Groenewegen, qui avait envoyé dans les barrières son compatriote Fabio Jakobsen (plongé ensuite dans le coma), a été sanctionné par l'Union cycliste internationale (UCI) d'une suspension qui a pris fin juste avant le départ du Tour d'Italie. "Je sens avoir de bonnes jambes, alors j'ai hâte d'être au prochain sprint", a ajouté le Néerlandais au terme de cette 2e étape. "L'équipe a très bien roulé. C'est la première fois que je cours avec Dekker et Affini. On a besoin d'un peu de temps pour se rôder grâce à eux, j'étais très bien placé". "Le sprint s'est plutôt bien passé, mieux que prévu", a poursuivi Groenewegen. "J'aurais peut-être dû me lancer plus tôt, hésiter un peu moins. Je dois retrouver les sensations et aussi la confiance en moi". Groenewegen, qui découvre le Giro à l'âge de 27 ans, compte notamment à son palmarès quatre victoires d'étape dans le Tour de France. (Belga)