"Gagner le Giro me place dans une situation merveilleuse. J'ai l'air tranquille en ce moment, mais je ressens à l'intérieur de moi une explosion de joie", a souri le Colombien, profondément heureux après en avoir terminé. "Je suis à un très bon niveau, cela m'a permis de gagner le Giro mais je dois garder les pieds sur terre, car il faut bien voir qu'il y a d'autres coureurs comme Pogacar et Roglic qui sont eux aussi très forts. Je suis revenu dans le jeu mais d'autres aussi peuvent bien faire. Grâce à eux, je vais trouver de nouvelles motivations", a ajouté Bernal. Le Colombien est revenu ensuite sur les deux dernières saisons: "A 22 ans, j'ai gagné le Tour mais, après, je ne savais plus quoi faire de ma vie. Gagner le Tour, c'est le rêve de tout coureur cycliste. Je me demandais comment trouver une vraie motivation. Je manquais de 'grinta'. Mes données étaient bonnes, mais j'étais conscient que ma situation n'était plus la même." "Il y a eu dans ma vie personnelle beaucoup de changements qui n'ont pas été faciles pour moi", a poursuivi le vainqueur du Giro. "J'étais le premier Colombien à gagner le Tour de France, ce qui représentait un grand exploit pour nous. Mais, ensuite, avec mes problèmes de dos, je n'ai pas réussi à démontrer ce que je voulais. J'ai été traversé par beaucoup de doutes, je me demandais si je réussirais à revenir, si j'avais encore l'envie de gagner ou pas". "Avec ce Giro, j'ai retrouvé ce que je cherchais", a conclu Bernal qui a défini son prochain but... sans préciser de date: "Comme prochain objectif maintenant, le plus important serait de gagner la Vuelta." (Belga)

"Gagner le Giro me place dans une situation merveilleuse. J'ai l'air tranquille en ce moment, mais je ressens à l'intérieur de moi une explosion de joie", a souri le Colombien, profondément heureux après en avoir terminé. "Je suis à un très bon niveau, cela m'a permis de gagner le Giro mais je dois garder les pieds sur terre, car il faut bien voir qu'il y a d'autres coureurs comme Pogacar et Roglic qui sont eux aussi très forts. Je suis revenu dans le jeu mais d'autres aussi peuvent bien faire. Grâce à eux, je vais trouver de nouvelles motivations", a ajouté Bernal. Le Colombien est revenu ensuite sur les deux dernières saisons: "A 22 ans, j'ai gagné le Tour mais, après, je ne savais plus quoi faire de ma vie. Gagner le Tour, c'est le rêve de tout coureur cycliste. Je me demandais comment trouver une vraie motivation. Je manquais de 'grinta'. Mes données étaient bonnes, mais j'étais conscient que ma situation n'était plus la même." "Il y a eu dans ma vie personnelle beaucoup de changements qui n'ont pas été faciles pour moi", a poursuivi le vainqueur du Giro. "J'étais le premier Colombien à gagner le Tour de France, ce qui représentait un grand exploit pour nous. Mais, ensuite, avec mes problèmes de dos, je n'ai pas réussi à démontrer ce que je voulais. J'ai été traversé par beaucoup de doutes, je me demandais si je réussirais à revenir, si j'avais encore l'envie de gagner ou pas". "Avec ce Giro, j'ai retrouvé ce que je cherchais", a conclu Bernal qui a défini son prochain but... sans préciser de date: "Comme prochain objectif maintenant, le plus important serait de gagner la Vuelta." (Belga)