Bakelants s'est montré très entreprenant et n'a pas eu peur de tenter son va-tout à une septantaine de bornes de l'arrivée. Un temps seul en tête, il a fini par se faire reprendre par ses compagnons d'échappée et n'a plus eu les ressources pour jouer la gagne dans le final. "C'était une étape que nous avions pointé depuis quelques jours avec l'équipe. J'ai donc essayé de ménager mes forces lors des dernières étapes", a expliqué le coureur de chez Sunweb. "J'ai bien roulé jusqu'à l'ascension finale mais puis je n'ai pas su suivre. J'ai alors travaillé pour mon équipier Chris Hamilton. Je me sentais bien mais le résultat ne le montre pas vraiment. L'étape de vendredi me convient bien aussi." Discret jusqu'ici, Thomas De Gendt est passé à l'offensive en début d'étape et ne s'est pas ménagé aux avant-postes, comme à son habitude. "Après 17 étapes et 180km dans les jambes, ton corps ne répond pas comme tu veux. J'ai vu tout le monde perdre des forces lentement. Je ne me sentais pas super, certainement car j'ai dépensé beaucoup d'énergie en début d'étape. Quand Bakelants est parti, j'ai essayé de revenir en grimpant à un rythme soutenu mais j'ai gaspillé quelques cartouches. Cela m'a coûté cher dans le final et je n'ai pas pu jouer pour la gagne. Il me reste deux chances encore: jeudi et vendredi." (Belga)