"N'importe quel coureur italien veut arriver ici. C'est une joie immense". Cima et ses compagnons d'échappée, l'Allemand Nico Denz (AG2R La Mondiale) et son compatriote Mirco Maestri (Bardiani-CSF), sont restés à l'avant pendant 170 km. Même si leur avance avait fondu, ils ont pu lancer le sprint pour se disputer la victoire. "J'ai essayé de rester le plus calme possible", a expliqué Cima. "Je savais que j'étais rapide. J'ai attendu le plus possible, puis j'ai tout donné." Deuxième, Pascal Ackermann n'a pas réussi à s'offrir une troisième victoire dans ce Giro. "A l'arrivée, j'étais un peu déçu, si vous avez vu le sprint, vous pouvez comprendre pourquoi. Nous étions vraiment tout près", a confié l'Allemand. Le coureur de Bora-Hansgrohe se console avec le maillot cyclamen du classement par points qu'il a repris au Français Arnaud Démare (Groupama-FDJ). "Mon équipe a effectué un travail magnifique, je suis vraiment heureux de reprendre le maillot. Je ne me sentais pas très bien aujourd'hui, mais je me suis dit que c'était la dernière occasion pour moi et j'ai fait travailler mes équipiers." (Belga)