L'étape a en effet été raccourcie d'une centaine de kilomètres, pour en compter 124,4, après une manifestation des coureurs. "J'ai pensé que c'était une bonne décision, surtout après les jours que nous avons connus", a expliqué Campenaerts. "Quand ils ont raccourci l'étape, j'ai pensé qu'il y avait une bonne opportunité pour passer à l'attaque, car quand tu attaques avec d'autres coureurs du WorldTour et qu'il n'y a que 125 km, c'est toujours dur de reprendre l'échappée." Campenaerts était membre d'une échappée de quatorze coureurs, partis en début de course. "Très vite, il est devenu clair que nous pouvions rester devant", a poursuivi le coureur de NTT. "J'avais de super bonnes jambes, mais comme on dit en néerlandais, 'j'ai roulé comme un taureau sauvage' et je me suis peut-être trop montré dans ce sens". Cerny a attaqué à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. Personne n'a pu le reprendre. Campenaerts est sorti du groupe de poursuivants en fin d'étape pour aller décrocher la deuxième place. "Deuxième, c'est bien. Nous aimons gagner bien sûr, mais je suis satisfait de ce résultat et il y a maintenant deux jours passionnants qui arrivent." Dont le chrono final à Milan (15,7 km), où Campenaerts figurera dans les outsiders. (Belga)

L'étape a en effet été raccourcie d'une centaine de kilomètres, pour en compter 124,4, après une manifestation des coureurs. "J'ai pensé que c'était une bonne décision, surtout après les jours que nous avons connus", a expliqué Campenaerts. "Quand ils ont raccourci l'étape, j'ai pensé qu'il y avait une bonne opportunité pour passer à l'attaque, car quand tu attaques avec d'autres coureurs du WorldTour et qu'il n'y a que 125 km, c'est toujours dur de reprendre l'échappée." Campenaerts était membre d'une échappée de quatorze coureurs, partis en début de course. "Très vite, il est devenu clair que nous pouvions rester devant", a poursuivi le coureur de NTT. "J'avais de super bonnes jambes, mais comme on dit en néerlandais, 'j'ai roulé comme un taureau sauvage' et je me suis peut-être trop montré dans ce sens". Cerny a attaqué à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. Personne n'a pu le reprendre. Campenaerts est sorti du groupe de poursuivants en fin d'étape pour aller décrocher la deuxième place. "Deuxième, c'est bien. Nous aimons gagner bien sûr, mais je suis satisfait de ce résultat et il y a maintenant deux jours passionnants qui arrivent." Dont le chrono final à Milan (15,7 km), où Campenaerts figurera dans les outsiders. (Belga)