"Je me sens bien", a confié le Français de DSM lundi, via Zoom, lors de la journée de repos. "Les jambes tournent bien. Avant le départ du Giro, je savais que ma condition était bonne, mais, bien sûr, tu dois le voir en course contre tes rivaux. J'ai réussi avec brio les deux grands tests dans ce Giro. Cela fait du bien de lutter avec les meilleurs, de pouvoir les suivre. Je suis impatient de voir ce qui nous attend encore dans ce Giro." Déjà deuxième (2016) et troisième (2017) du Tour de France, Bardet peut rêver d'un nouveau podium dans un Grand Tour. "Nous verrons bien, je prends les jours comme ils viennent. J'ai bien passé les premiers tests pour les coureurs de classement. J'espère un bon classement, mais j'aimerais aussi lever les bras au ciel pour une victoire. Si l'occasion se présente, je veux la saisir." Les prochains jours ne devraient pas favoriser les coureurs du général. "C'est vrai, mais dans le Giro, tu dois toujours être vigilant. Je m'attends à une grosse lutte dimanche et ensuite, c'est vraiment à bloc jusqu'à la fin du Giro", pense Bardet. "Le Giro est différent que le Tour", a ajouté le Français. "On voit et on sent que les équipes ont moins le contrôle de la course. C'est plus une course ouverte. Après neuf étapes, il n'y a pas de gros écarts au classement, tout est encore serré et personne n'a encore vraiment marqué la course de son empreinte. Quoi qu'il en soit, je me sens bien pour le moment, mais nous ne sommes pas encore à mi-parcours et beaucoup de choses peuvent encore se produire." (Belga)

"Je me sens bien", a confié le Français de DSM lundi, via Zoom, lors de la journée de repos. "Les jambes tournent bien. Avant le départ du Giro, je savais que ma condition était bonne, mais, bien sûr, tu dois le voir en course contre tes rivaux. J'ai réussi avec brio les deux grands tests dans ce Giro. Cela fait du bien de lutter avec les meilleurs, de pouvoir les suivre. Je suis impatient de voir ce qui nous attend encore dans ce Giro." Déjà deuxième (2016) et troisième (2017) du Tour de France, Bardet peut rêver d'un nouveau podium dans un Grand Tour. "Nous verrons bien, je prends les jours comme ils viennent. J'ai bien passé les premiers tests pour les coureurs de classement. J'espère un bon classement, mais j'aimerais aussi lever les bras au ciel pour une victoire. Si l'occasion se présente, je veux la saisir." Les prochains jours ne devraient pas favoriser les coureurs du général. "C'est vrai, mais dans le Giro, tu dois toujours être vigilant. Je m'attends à une grosse lutte dimanche et ensuite, c'est vraiment à bloc jusqu'à la fin du Giro", pense Bardet. "Le Giro est différent que le Tour", a ajouté le Français. "On voit et on sent que les équipes ont moins le contrôle de la course. C'est plus une course ouverte. Après neuf étapes, il n'y a pas de gros écarts au classement, tout est encore serré et personne n'a encore vraiment marqué la course de son empreinte. Quoi qu'il en soit, je me sens bien pour le moment, mais nous ne sommes pas encore à mi-parcours et beaucoup de choses peuvent encore se produire." (Belga)