"C'est fantastique de gagner près de la maison dans une étape du Giro. C'est incroyable, je n'arrive pas encore à très bien réaliser. Normalement, au départ de l'étape, c'était pour Cees (Bol, le Néerlandais son coéquipier chez DSM), mais à la fin de l'étape on a discuté et il m'a dit qu'il ne se sentait pas si bien", a expliqué Dainese, 24 ans, au micro des organisateurs à l'arrivée. "J'ai essayé de rester calme et de suivre les gars. J'ai été super bien emmené par Romain Bardet, notamment jusqu'au dernier virage. Il est 3e au général, c'est incroyable, cela montre que l'on travaille super bien en équipe. J'étais un peu enfermé, mais j'ai trouvé un espace sur la gauche. Il y avait Gaviria à ma droite et je l'ai passé à 20 mètres de la ligne, c'est un sentiment fantastique. Je suis super heureux." (Belga)

"C'est fantastique de gagner près de la maison dans une étape du Giro. C'est incroyable, je n'arrive pas encore à très bien réaliser. Normalement, au départ de l'étape, c'était pour Cees (Bol, le Néerlandais son coéquipier chez DSM), mais à la fin de l'étape on a discuté et il m'a dit qu'il ne se sentait pas si bien", a expliqué Dainese, 24 ans, au micro des organisateurs à l'arrivée. "J'ai essayé de rester calme et de suivre les gars. J'ai été super bien emmené par Romain Bardet, notamment jusqu'au dernier virage. Il est 3e au général, c'est incroyable, cela montre que l'on travaille super bien en équipe. J'étais un peu enfermé, mais j'ai trouvé un espace sur la gauche. Il y avait Gaviria à ma droite et je l'ai passé à 20 mètres de la ligne, c'est un sentiment fantastique. Je suis super heureux." (Belga)