"71km seul en tête, c'est beaucoup ! Je suis parti seul en entendant que Ineos menait grand train derrière. Je me suis dit que je devais attaquer avant qu'ils rattrapent notre groupe. Je croyais que l'écart était supérieur à ce qu'il était en réalité. Ce que j'ai réalisé aujourd'hui m'a procuré un sentiment merveilleux", s'est réjouit Damiano Caruso au micro des organisateurs. "C'est incroyable de réussir cela après le Giro. La dernière montée m'a paru si longue. Je savais que les écarts se réduisaient. Je me suis concentré sur mon propre rythme. Dans les derniers kilomètres, je me suis rendu compte que j'avais une chance de gagner. Je suis désolé pour Mikel Landa qui a connu des difficultés aujourd'hui. On avait deux buts: jouer l'étape et le général. J'ai gardé mon rythme pour gagner l'étape. Je remercie tous les supporters qui ont continué à me soutenir depuis le Giro. Surtout je veux remercier ma famille à travers cette victoire." (Belga)

"71km seul en tête, c'est beaucoup ! Je suis parti seul en entendant que Ineos menait grand train derrière. Je me suis dit que je devais attaquer avant qu'ils rattrapent notre groupe. Je croyais que l'écart était supérieur à ce qu'il était en réalité. Ce que j'ai réalisé aujourd'hui m'a procuré un sentiment merveilleux", s'est réjouit Damiano Caruso au micro des organisateurs. "C'est incroyable de réussir cela après le Giro. La dernière montée m'a paru si longue. Je savais que les écarts se réduisaient. Je me suis concentré sur mon propre rythme. Dans les derniers kilomètres, je me suis rendu compte que j'avais une chance de gagner. Je suis désolé pour Mikel Landa qui a connu des difficultés aujourd'hui. On avait deux buts: jouer l'étape et le général. J'ai gardé mon rythme pour gagner l'étape. Je remercie tous les supporters qui ont continué à me soutenir depuis le Giro. Surtout je veux remercier ma famille à travers cette victoire." (Belga)