10. Nicolás Pareja

  • Nationalité: Argentin
  • Date de naissance: 19 janvier 1984
  • Club: Anderlecht (2006-2008 / 60 matches, 1 but)

Le premier témoin d'une présence assez importante des défenseurs dans notre liste. Et un indispensable. Le rugueux Argentin a formé un solide duo mauve avec Roland Juhász. Après son décollage d'Anderlecht, il a remporté l'Europa League avec Séville à deux reprises, s'offrant même une place dans le onze de la compétition en 2014, notamment en compagnie d'un équipier prestigieux: Ivan Rakitic.

9. João Carlos

  • Nationalité: Brésilien
  • Date de naissance: 1 janvier 1982
  • Clubs: Lokeren (2004-2008 & 2016 / 214 matches, 8 buts), KRC Genk (2008-2011 / 173 matches, 11 buts)

Ce défenseur plein de classe a brillé lors de son passage sur nos pelouses, qui l'a mené de Lokeren à Genk avec une Coupe de Belgique remportée dans le Limbourg. Par la suite, sa trajectoire l'a mené vers la Russie, où il a encore longtemps fait le bonheur du Spartak Moscou et d'Anzhi.

8. José Izquierdo

  • Nationalité: Colombien
  • Date de naissance: 7 juillet 1992
  • Club: Club Bruges (2014-2017 / 117 matches, 38 buts)

De son arrivée en 2014 à son départ pour Brighton trois ans plus tard, il a inscrit en moyenne un but tous les trois matches pour le Club. Récompensé d'un Soulier d'or en 2016 et devenu international colombien, il était présent dans le groupe des Cafeteros lors du Mondial en Russie. Son sourire, sa joie de vivre et son tempérament solaire en ont fait l'un des chouchous du public brugeois.

7. Luis Oliveira

  • Nationalité: Brésilien
  • Date de naissance: 24 mars 1969
  • Club: Anderlecht (1988-1992 / 95 matches, 36 buts)

Nous étions dans tous nos états au début des années 90, quand Luis Oliveira laissait de côté ses racines pour devenir Diable rouge. L'élégant Brésilien avait aidé Anderlecht à conquérir le titre en 1991, marquant 18 buts tout au long de la saison. Un total qu'il n'atteindrait plus jamais, mis à part lors d'une saison à Côme, en D2 italienne. Il a finalement raccroché les crampons à 43 ans.

6. Juan Carlos Oblitas

  • Nationalité: Péruvien
  • Date de naissance: 16 février 1952
  • Club: Seraing (1981-1984 / 84 matches, 15 buts)

L'artiste Oblitas était l'une des vedettes du Pérou, dont il a porté les couleurs à 63 reprises, notamment en prenant part à la Coupe du monde 1978. Vainqueur de la Copa América en 75, il a aidé Seraing à rejoindre l'élite avec la contribution de son compatriote Percy Rojas. Durant les trois années suivantes, il a encore été l'un des joueurs les plus agréables à voir jouer de notre compétition.

5. Dante Bonfim

  • Nationalité: Brésilien
  • Date de naissance: 18 octobre 1983
  • Clubs: Charleroi (2006-2007 / 27 matches, 2 buts), Standard (2007-2009 / 88 matches, 3 buts)

En manque de temps de jeu du côté de Lille, Dante se retrouve à Charleroi en 2005. Ses prestations font si forte impression au sein de la défense des Zèbres que sa célèbre touffe de cheveux va rapidement se poser à Sclessin. Champion avec les Rouches, il prend finalement le chemin de l'Allemagne en janvier 2009. Parti de Gladbach, il finira au Bayern, couronnant sa carrière avec un succès en Ligue des Champions. Il est désormais toujours actif en Ligue 1, sous les couleurs de Nice.

4. Carlos Bacca

  • Nationalité: Colombien
  • Date de naissance: 8 septembre 1986
  • Club: Club Bruges (2012-2013 / 54 matches, 31 buts)

Arrivé assez tard en Europe, il avait déjà 25 ans quand il a rejoint Bruges, en janvier 2012. Au bout de quelques mois d'adaptation, sa saison 2012-2013 l'a consacré comme meilleur buteur du pays, avec 25 roses plantées qui lui ont offert un aller simple pour Séville, où il gagnera deux Europa League de rang.

3. Matías Suárez

  • Nationalité: Argentin
  • Date de naissance: 9 mai 1988
  • Club: Anderlecht (2008-2016 / 241 matches, 68 buts)

En 2011, il est devenu le premier Sud-Américain à gagner le Soulier d'or. Un prix qui récompensait son élégance d'exception, ses coups de génie et son toucher de balle divin, autant d'attributs qui lui avaient valu le surnom mérité d'El Artista. Ses problèmes de genou l'ont fait passer à côté d'un transfert lucratif en Russie, et son histoire avec Anderlecht s'est mal terminée, mais il a encore gratifié le public mauve de quelques actions de grande classe avant de retourner au pays pour régaler le public argentin.

2. Lucas Biglia

  • Nationalité: Argentin
  • Date de naissance: 30 janvier 1986
  • Club: Anderlecht (2006-2013 / 303 matches, 16 buts)

El Principito a reçu au moins autant de critiques que de louanges durant sa période mauve, mais quatre titres et une Coupe ont fait taire la plupart de ses détracteurs. Son jeu de passes simple mais précis était l'un des moteurs du jeu mauve. Devenu une valeur sûre à la Lazio après des années d'envies de départs avortées, il a ensuite rejoint l'AC Milan, pour une carrière couronnée en 2014, quand il a disputé la finale de la Coupe du monde avec l'Albiceleste.

1. André Cruz

  • Nationalité: Brésilien
  • Date de naissance: 20 septembre 1968
  • Club: Standard (1990-1994 & 1999 / 117 matches, 19 buts)

On a l'habitude que l'Amérique du sud rime avec l'insouciance et la créativité, et c'est pourtant un défenseur qui domine ce classement. Mais avant tout, un homme avec des pieds en or et une frappe de balle hors du commun. Dominique D'Onofrio a un jour dit de lui: "Si Cruz met une passe de 60 mètres à Henk Vos, vous allez vous plaindre que c'est un long ballon? Non, vous trouverez que c'est une passe lumineuse." Cruz avait de l'élégance à revendre, et il l'a encore montré plus tard sous les couleurs du Napoli ou du Milan, étayant un palmarès qui compte aussi 31 sélections sous la mythique tunique auriverde.

André Cruz, sous les couleurs du Standard, a marqué notre compétition par sa classe folle., belga
André Cruz, sous les couleurs du Standard, a marqué notre compétition par sa classe folle. © belga
Le premier témoin d'une présence assez importante des défenseurs dans notre liste. Et un indispensable. Le rugueux Argentin a formé un solide duo mauve avec Roland Juhász. Après son décollage d'Anderlecht, il a remporté l'Europa League avec Séville à deux reprises, s'offrant même une place dans le onze de la compétition en 2014, notamment en compagnie d'un équipier prestigieux: Ivan Rakitic.Ce défenseur plein de classe a brillé lors de son passage sur nos pelouses, qui l'a mené de Lokeren à Genk avec une Coupe de Belgique remportée dans le Limbourg. Par la suite, sa trajectoire l'a mené vers la Russie, où il a encore longtemps fait le bonheur du Spartak Moscou et d'Anzhi.De son arrivée en 2014 à son départ pour Brighton trois ans plus tard, il a inscrit en moyenne un but tous les trois matches pour le Club. Récompensé d'un Soulier d'or en 2016 et devenu international colombien, il était présent dans le groupe des Cafeteros lors du Mondial en Russie. Son sourire, sa joie de vivre et son tempérament solaire en ont fait l'un des chouchous du public brugeois.Nous étions dans tous nos états au début des années 90, quand Luis Oliveira laissait de côté ses racines pour devenir Diable rouge. L'élégant Brésilien avait aidé Anderlecht à conquérir le titre en 1991, marquant 18 buts tout au long de la saison. Un total qu'il n'atteindrait plus jamais, mis à part lors d'une saison à Côme, en D2 italienne. Il a finalement raccroché les crampons à 43 ans.L'artiste Oblitas était l'une des vedettes du Pérou, dont il a porté les couleurs à 63 reprises, notamment en prenant part à la Coupe du monde 1978. Vainqueur de la Copa América en 75, il a aidé Seraing à rejoindre l'élite avec la contribution de son compatriote Percy Rojas. Durant les trois années suivantes, il a encore été l'un des joueurs les plus agréables à voir jouer de notre compétition.En manque de temps de jeu du côté de Lille, Dante se retrouve à Charleroi en 2005. Ses prestations font si forte impression au sein de la défense des Zèbres que sa célèbre touffe de cheveux va rapidement se poser à Sclessin. Champion avec les Rouches, il prend finalement le chemin de l'Allemagne en janvier 2009. Parti de Gladbach, il finira au Bayern, couronnant sa carrière avec un succès en Ligue des Champions. Il est désormais toujours actif en Ligue 1, sous les couleurs de Nice.Arrivé assez tard en Europe, il avait déjà 25 ans quand il a rejoint Bruges, en janvier 2012. Au bout de quelques mois d'adaptation, sa saison 2012-2013 l'a consacré comme meilleur buteur du pays, avec 25 roses plantées qui lui ont offert un aller simple pour Séville, où il gagnera deux Europa League de rang.En 2011, il est devenu le premier Sud-Américain à gagner le Soulier d'or. Un prix qui récompensait son élégance d'exception, ses coups de génie et son toucher de balle divin, autant d'attributs qui lui avaient valu le surnom mérité d'El Artista. Ses problèmes de genou l'ont fait passer à côté d'un transfert lucratif en Russie, et son histoire avec Anderlecht s'est mal terminée, mais il a encore gratifié le public mauve de quelques actions de grande classe avant de retourner au pays pour régaler le public argentin.El Principito a reçu au moins autant de critiques que de louanges durant sa période mauve, mais quatre titres et une Coupe ont fait taire la plupart de ses détracteurs. Son jeu de passes simple mais précis était l'un des moteurs du jeu mauve. Devenu une valeur sûre à la Lazio après des années d'envies de départs avortées, il a ensuite rejoint l'AC Milan, pour une carrière couronnée en 2014, quand il a disputé la finale de la Coupe du monde avec l'Albiceleste.On a l'habitude que l'Amérique du sud rime avec l'insouciance et la créativité, et c'est pourtant un défenseur qui domine ce classement. Mais avant tout, un homme avec des pieds en or et une frappe de balle hors du commun. Dominique D'Onofrio a un jour dit de lui: "Si Cruz met une passe de 60 mètres à Henk Vos, vous allez vous plaindre que c'est un long ballon? Non, vous trouverez que c'est une passe lumineuse." Cruz avait de l'élégance à revendre, et il l'a encore montré plus tard sous les couleurs du Napoli ou du Milan, étayant un palmarès qui compte aussi 31 sélections sous la mythique tunique auriverde.