Le Brésil a dû attendre les tirs au but pour conquérir sa qualification en finale du tournoi de football des Jeux Olympiques mardi. A l'issue d'un match rugueux dominé par le Seleção mais sans but pendant 120 minutes de jeu, les Brésiliens se sont montrés plus précis que les Mexicains lors de la séance de penaltiess (4-1) et pourront défendre leur titre obtenu à Rio en 2016. Ils affronteront le Japon ou l'Espagne.

A l'Ibaraki Kashima Stadium, les Brésiliens se sont créés les meilleures occasions de la demi-finale mais ont longtemps buté sur un excellent Ochoa. Dans la première demi-heure, le gardien mexicain a repoussé les tentatives d'Arana, Antony et Dani Alves sur coup franc. Le VAR est lui aussi intervenu pour annuler un penalty sifflé par l'arbitre bulgare Georgi Kabakov en faveur du Brésil.

Contraint à la contre-attaque, le Mexique a utilisé les reconversions rapides comme armes pour s'offrir deux grosses opportunités en fin de première mi-temps avec des frappes de Luis Romo et Antuna, détournées par le gardien Santos.

La confrontation a perdu en intensité au retour des vestiaires, le Brésil a maintenu le contrôle de la possession et les fautes se sont multipliées. A la 81e minute, le poteau a repoussé la tête croisée de l'attaquant d'Everton Richarlison et a permis au Mexique d'accrocher les prolongations. La physionomie du match n'a pas été bouleversée lors de la demi-heure supplémentaire, avec un Brésil globalement maître de la possession et un Mexique attentiste, prêt à s'engouffrer dans les rares espaces délaissés par la Seleção.

Aux tirs au but, Santos s'est transformé en héros de la demi-finale en détournant la frappe d'Aguirre, avant que Vasquez ne frappe le poteau. Les Brésiliens ont eux tous trouvé les filets et Reinier a bouclé la qualification dès le quatrième tir.

L'Espagne a battu le Japon mardi et a obtenu son ticket pour la finale du tournoi de football des Jeux Olympiques. Comme lors de la première demi-finale, le score affichait 0-0 au terme du temps réglementaire et la Roja affrontera le Brésil en finale le samedi 7 août.

Marco Asensio a offert la finale à l'Espagne en marquant à la 115e minute de jeu., iStock
Marco Asensio a offert la finale à l'Espagne en marquant à la 115e minute de jeu. © iStock

ASENSIO LIBERE LA ROJA DANS LES PROLONGATIONS

Une Espagne dominatrice a longtemps buté sur l'efficacité défensive japonaise au Saitama Stadium. La Roja a monopolisé le ballon et s'est installée dans le camp japonais dès le coup d'envoi, sans toutefois réussir à surprendre le bloc japonais.

Le Japon a tenté de mettre en place un pressing haut pour gêner la construction de la Roja mais n'a pu profiter que de courtes phases de possession lors d'une première période avare en émotions.

La première véritable occasion n'est intervenue qu'à la 39e minute, lorsque le gardien japonais Tani a remporté son face-à-face avec Rafa Mir. Le pays hôte de la compétition a mis en difficulté l'organisation espagnole après la pause et a frôlé l'ouverture du score sur une frappe puissante de Hayashi, passée à quelques centimètres du but d'Unai Simon.

La Roja a ensuite repris le contrôle quasi exclusif des débats, monopolisant le ballon et se procurant de timides occasions ainsi qu'un penalty annulé par le Var. La fatigue a contribué à libérer des espaces dans le dernier quart d'heure mais aucune des deux équipes n'en a profité. La prolongation n'a pas été plus prolifique en occasions franches, hormis sur une tête trop enlevée du Japonais Maeda. La délivrance est finalement tombée des pieds de Marco Asensio qui a offert la victoire à l'Espagne à cinq minutes du terme (115e).

Le Brésil a dû attendre les tirs au but pour conquérir sa qualification en finale du tournoi de football des Jeux Olympiques mardi. A l'issue d'un match rugueux dominé par le Seleção mais sans but pendant 120 minutes de jeu, les Brésiliens se sont montrés plus précis que les Mexicains lors de la séance de penaltiess (4-1) et pourront défendre leur titre obtenu à Rio en 2016. Ils affronteront le Japon ou l'Espagne. A l'Ibaraki Kashima Stadium, les Brésiliens se sont créés les meilleures occasions de la demi-finale mais ont longtemps buté sur un excellent Ochoa. Dans la première demi-heure, le gardien mexicain a repoussé les tentatives d'Arana, Antony et Dani Alves sur coup franc. Le VAR est lui aussi intervenu pour annuler un penalty sifflé par l'arbitre bulgare Georgi Kabakov en faveur du Brésil. Contraint à la contre-attaque, le Mexique a utilisé les reconversions rapides comme armes pour s'offrir deux grosses opportunités en fin de première mi-temps avec des frappes de Luis Romo et Antuna, détournées par le gardien Santos. La confrontation a perdu en intensité au retour des vestiaires, le Brésil a maintenu le contrôle de la possession et les fautes se sont multipliées. A la 81e minute, le poteau a repoussé la tête croisée de l'attaquant d'Everton Richarlison et a permis au Mexique d'accrocher les prolongations. La physionomie du match n'a pas été bouleversée lors de la demi-heure supplémentaire, avec un Brésil globalement maître de la possession et un Mexique attentiste, prêt à s'engouffrer dans les rares espaces délaissés par la Seleção. Aux tirs au but, Santos s'est transformé en héros de la demi-finale en détournant la frappe d'Aguirre, avant que Vasquez ne frappe le poteau. Les Brésiliens ont eux tous trouvé les filets et Reinier a bouclé la qualification dès le quatrième tir. L'Espagne a battu le Japon mardi et a obtenu son ticket pour la finale du tournoi de football des Jeux Olympiques. Comme lors de la première demi-finale, le score affichait 0-0 au terme du temps réglementaire et la Roja affrontera le Brésil en finale le samedi 7 août.ASENSIO LIBERE LA ROJA DANS LES PROLONGATIONS Une Espagne dominatrice a longtemps buté sur l'efficacité défensive japonaise au Saitama Stadium. La Roja a monopolisé le ballon et s'est installée dans le camp japonais dès le coup d'envoi, sans toutefois réussir à surprendre le bloc japonais. Le Japon a tenté de mettre en place un pressing haut pour gêner la construction de la Roja mais n'a pu profiter que de courtes phases de possession lors d'une première période avare en émotions. La première véritable occasion n'est intervenue qu'à la 39e minute, lorsque le gardien japonais Tani a remporté son face-à-face avec Rafa Mir. Le pays hôte de la compétition a mis en difficulté l'organisation espagnole après la pause et a frôlé l'ouverture du score sur une frappe puissante de Hayashi, passée à quelques centimètres du but d'Unai Simon. La Roja a ensuite repris le contrôle quasi exclusif des débats, monopolisant le ballon et se procurant de timides occasions ainsi qu'un penalty annulé par le Var. La fatigue a contribué à libérer des espaces dans le dernier quart d'heure mais aucune des deux équipes n'en a profité. La prolongation n'a pas été plus prolifique en occasions franches, hormis sur une tête trop enlevée du Japonais Maeda. La délivrance est finalement tombée des pieds de Marco Asensio qui a offert la victoire à l'Espagne à cinq minutes du terme (115e).