"D'un point du vue logistique, c'est sans doute le plus mauvais scénario. Il va falloir s'adapter au niveau de la préparation", a confié Roberto Martinez à Belga à l'issue du tirage au sort samedi à Bucarest, en Roumanie. "Je pense que nous devrions aménager notre camp de base à Saint-Petersbourg. Nous devrons de toute façon y être dix à onze jours. Peut-être pourrions nous rester à Tubize pour préparer l'Euro et rester là aussi longtemps que possible pour permettre aux joueurs de bien récupérer. Je pense qu'il faut changer l'idée d'un camp d'entraînement en Norvège. Passer du temps à Tubize, puis rejoindre St-Petersbourg du 11 au 22 juin par exemple pour éviter un avion supplémentaire. Il y a quatre centres d'entraînement à Saint-Petersbourg et nous choisirions de rester en dehors de la ville. Ce sont des centres de niveau mondial", où se sont entraînés déjà des nations comme l'Angleterre, la Croatie, l'Arabie Saoudtie, la Corée du Sud et le Costa Rica en Coupe du monde. La Belgique a évité le Pays de Galles pour hériter de la Finlande, pour l'heure (avant les barrages) le seul nouveau venu dans une phase finale d'un championnat d'Europe. Ce qui rappelait à Roberto martinez le duel contre le Panama en Coupe du monde. "En première mi-temps, le Panama a joué avec beaucoup d'enthousiasme et nous devons le faire aussi face à une équipe qui va disputer l'Euro pour la première fois. Nous retrouvons la Russie (deuxième du groupe des Belges en qualifications, ndlr), mais cela sera certainement une autre équipe. Nos deux premiers matches seront véritablement des matches en déplacement. Dans ce sens là pour nous, c'est le tirage le plus difficile. L'énergie des supporters peut porter leur équipe respective. On doit être préparé à cela. Il n'y a pas de place pour des faux pas, il faudra être prêt dès le premier match. Et il faut utiliser ces matches pour progresser. Quand on voit le groupe F (Allemagne, Portugal et France), cela va justement leur permettre d'être très fort pour la suite du tournoi." (Belga)