"Nous connaissons notre objectif, sortir du groupe et nous battre avec la Belgique", a expliqué l'entraîneur des vice-champions du monde en titre. "Mais nous devons faire attention au Canada et au Maroc. Ils sont très forts. Je crois en mon équipe et nous ne devons pas regarder ce qu'il s'est passé quatre ans plus tôt en Russie. C'est du passé et nous devons regarder devant nous et nous battre pour sortir du groupe." En 2018s, la Croatie avait atteint la finale, où elle s'était inclinée face à la France. Interrogé si son équipe est plus forte qu'il y a quatre ans, Dalic explique être "toujours optimiste". "Nous avons toujours Luka Modric, Ivan Perisic, Marcelo Brozovic, mais nous avons changé d'équipe et amené une nouvelle énergie", a-t-il poursuivi. "Nous avons besoin de temps. La Belgique est l'équipe la plus forte de ces quatre dernières années au classement FIFA. Ils sont favoris du groupe mais ils vont devoir aussi travailler dur pour en sortir." (Belga)

"Nous connaissons notre objectif, sortir du groupe et nous battre avec la Belgique", a expliqué l'entraîneur des vice-champions du monde en titre. "Mais nous devons faire attention au Canada et au Maroc. Ils sont très forts. Je crois en mon équipe et nous ne devons pas regarder ce qu'il s'est passé quatre ans plus tôt en Russie. C'est du passé et nous devons regarder devant nous et nous battre pour sortir du groupe." En 2018s, la Croatie avait atteint la finale, où elle s'était inclinée face à la France. Interrogé si son équipe est plus forte qu'il y a quatre ans, Dalic explique être "toujours optimiste". "Nous avons toujours Luka Modric, Ivan Perisic, Marcelo Brozovic, mais nous avons changé d'équipe et amené une nouvelle énergie", a-t-il poursuivi. "Nous avons besoin de temps. La Belgique est l'équipe la plus forte de ces quatre dernières années au classement FIFA. Ils sont favoris du groupe mais ils vont devoir aussi travailler dur pour en sortir." (Belga)