"En Coupe du monde, nous devons être prêts à affronter n'importe quelle équipe", a lancé d'emblée le Catalan. "Dans une compétition à élimination directe, c'est vrai que le tirage peut avoir son importance et nous sommes impatients de connaître nos adversaires. Cela va marquer le réel début de notre préparation. Nous sommes davantage excités que craintifs." "En phase de groupes, il n'y pas beaucoup de marge d'erreur. Le tirage prend tout son sens à partir des huitièmes de finale. Il y a beaucoup de très bonnes équipes dans le pot 2, qui se sont illustrées de belle manière lors des qualifications comme l'Espagne ou l'Angleterre. Une rencontre face au Pérou serait très compliquée également car c'est un pays qui attend une participation au Mondial depuis 1982, il faudrait donc contenir leur enthousiasme. Il n'y a pas de bon ou mauvais tirage. C'est à nous de rendre notre tirage plus facile grâce à une bonne préparation." L'ancien entraîneur d'Everton a mis l'accent sur son groupe et la mentalité qui doit y régner. "Le plus important restera notre propre préparation et la manière dont nous allons évoluer au Mondial. Nous possédons un effectif talentueux et je pense que nous pouvons aller chercher un bon résultat. Nous voulons disputer un tournoi dans lequel nous allons grandir en tant qu'équipe." Martinez, arrivé en août 2016 à la tête des Diables, a ensuite abordé le programme des mois à venir. "Mars est moins important que mai et juin pour l'équipe nationale. En mars, les joueurs sont encore concentrés sur leurs clubs mais, une fois la finale de la Ligue des Champions disputée, ils seront tous tournés vers la Russie. Nous affronterons donc des adversaires de renom juste avant le Mondial. Nous voulons atteindre le meilleur niveau possible, que ce soit individuellement ou en équipe." (Belga)

"En Coupe du monde, nous devons être prêts à affronter n'importe quelle équipe", a lancé d'emblée le Catalan. "Dans une compétition à élimination directe, c'est vrai que le tirage peut avoir son importance et nous sommes impatients de connaître nos adversaires. Cela va marquer le réel début de notre préparation. Nous sommes davantage excités que craintifs." "En phase de groupes, il n'y pas beaucoup de marge d'erreur. Le tirage prend tout son sens à partir des huitièmes de finale. Il y a beaucoup de très bonnes équipes dans le pot 2, qui se sont illustrées de belle manière lors des qualifications comme l'Espagne ou l'Angleterre. Une rencontre face au Pérou serait très compliquée également car c'est un pays qui attend une participation au Mondial depuis 1982, il faudrait donc contenir leur enthousiasme. Il n'y a pas de bon ou mauvais tirage. C'est à nous de rendre notre tirage plus facile grâce à une bonne préparation." L'ancien entraîneur d'Everton a mis l'accent sur son groupe et la mentalité qui doit y régner. "Le plus important restera notre propre préparation et la manière dont nous allons évoluer au Mondial. Nous possédons un effectif talentueux et je pense que nous pouvons aller chercher un bon résultat. Nous voulons disputer un tournoi dans lequel nous allons grandir en tant qu'équipe." Martinez, arrivé en août 2016 à la tête des Diables, a ensuite abordé le programme des mois à venir. "Mars est moins important que mai et juin pour l'équipe nationale. En mars, les joueurs sont encore concentrés sur leurs clubs mais, une fois la finale de la Ligue des Champions disputée, ils seront tous tournés vers la Russie. Nous affronterons donc des adversaires de renom juste avant le Mondial. Nous voulons atteindre le meilleur niveau possible, que ce soit individuellement ou en équipe." (Belga)