Alors que de nombreux compatriotes postulent pour une place à Tokyo depuis des mois, Tim Wellens, qui était un des cinq Belges présents en 2016 aux JO de Rio, où Greg Van Avermaet s'était imposé, ne le souhaite pas. "Bien sûr, ce fut une grande expérience avec Greg Van Avermaet qui est devenu champion (olympique, NDLR), mais je ne suis pas impatient d'y retourner, pour être honnête. C'est une combinaison très difficile avec le Tour de France et les courses qui suivent. C'est un long voyage, il y a le décalage horaire, il y a suffisamment de candidats et les places sont chères. Il ne sera pas facile d'être sélectionné. Je n'ai juste pas beaucoup d'intérêt à y aller parce que c'est un mauvais timing au milieu de la saison. Il y a peut-être aussi la quarantaine à Tokyo, non, c'est juste beaucoup de tracas". Tim Wellens avait abandonné dans la course en ligne et pris la 20e place du contre-la-montre il y a cinq ans dans les épreuves olympiques organisées dans la cité brésilienne. Wellens, qui aura 30 ans en mai, va discuter lundi soir avec le nouveau coach national Sven Vanthourenhout qui est en Espagne pour rendre visite à certains coureurs belges qui participent à différents camps d'entraînement d'avant-saison. "Nous avons une réunion dans huit minutes", dit Wellens en riant. "Ecoutez, le championnat du monde me semble très intéressant. Je pense que chaque Belge veut disputer un championnat du monde organisé dans son propre pays (le 26 septembre entre Anvers et Louvain, NDLR). Nous avons une énorme chance de gagner le maillot arc-en-ciel, surtout avec Wout van Aert. Je me vois plutôt dans un rôle pour l'épauler". . (Belga)

Alors que de nombreux compatriotes postulent pour une place à Tokyo depuis des mois, Tim Wellens, qui était un des cinq Belges présents en 2016 aux JO de Rio, où Greg Van Avermaet s'était imposé, ne le souhaite pas. "Bien sûr, ce fut une grande expérience avec Greg Van Avermaet qui est devenu champion (olympique, NDLR), mais je ne suis pas impatient d'y retourner, pour être honnête. C'est une combinaison très difficile avec le Tour de France et les courses qui suivent. C'est un long voyage, il y a le décalage horaire, il y a suffisamment de candidats et les places sont chères. Il ne sera pas facile d'être sélectionné. Je n'ai juste pas beaucoup d'intérêt à y aller parce que c'est un mauvais timing au milieu de la saison. Il y a peut-être aussi la quarantaine à Tokyo, non, c'est juste beaucoup de tracas". Tim Wellens avait abandonné dans la course en ligne et pris la 20e place du contre-la-montre il y a cinq ans dans les épreuves olympiques organisées dans la cité brésilienne. Wellens, qui aura 30 ans en mai, va discuter lundi soir avec le nouveau coach national Sven Vanthourenhout qui est en Espagne pour rendre visite à certains coureurs belges qui participent à différents camps d'entraînement d'avant-saison. "Nous avons une réunion dans huit minutes", dit Wellens en riant. "Ecoutez, le championnat du monde me semble très intéressant. Je pense que chaque Belge veut disputer un championnat du monde organisé dans son propre pays (le 26 septembre entre Anvers et Louvain, NDLR). Nous avons une énorme chance de gagner le maillot arc-en-ciel, surtout avec Wout van Aert. Je me vois plutôt dans un rôle pour l'épauler". . (Belga)