"Tant à Québec qu'à Montréal, le parcours va se dérouler sur un circuit local", a expliqué le directeur sportif de Lotto Herman Frison en présentant sa sélection. "Le final du GP de Québec est très fatiguant avec ce dernier kilomètre en faux plat montant mais selon moi le GP de Montréal est un peu plus dur. Ce sont deux belles courses. S'il fait bon, cela va probablement se terminer au sprint dans un groupe assez fourni. Les meilleurs puncheurs lutteront pour la victoire." Et d'ajouter: "Je dois avouer que le mauvais temps jouerait plutôt en notre faveur. Quand Tim Wellens a gagné à Montréal, c'était sous la pluie. Il sera d'ailleurs notre leader incontesté cette année. Tout le monde va courir à son service. Nous essayerons sans doute de durcir la course donc on va certainement courir offensivement." (Belga)