Ces dernières saisons, Tiesj Benoot a disputé le Tour avec Lotto Soudal dont quatre membres du personnel ont été renvoyés chez eux jeudi en raison d'un test Covid "non négatif". "C'est dommage de lire cela , mais il n'y aura jamais de risque zéro", a-t-il réagi. "Je pense que tout le monde aura un peu peur du virus. Surtout lorsque vous entendez les histoires des courses passées, avec quelques faux positifs également. C'est ennuyeux, mais il ne faut pas que cela vous monte à la tête. Je pense que nous sommes l'un des endroits les plus sûrs du Tour. De nombreuses mesures ont été prises, mais on ne peut jamais exclure complètement une infection". Benoot a terminé deuxième au classement général de Paris-Nice et s'est également montré fort dans d'autres courses à étapes. Cependant, un bon classement à Paris n'est pas son objectif dans ce 107e Tour de France. "Non, je vais gagner une étape du Tour. J'ai déjà regardé le road book et ce sera un Tour vraiment difficile. Dès la première semaine, il peut se passer quelque chose presque tous les jours. La deuxième semaine, vous allez en Bretagne et le vent peut jouer un rôle. Ça va être vraiment passionnant". Et il y a beaucoup d'occasions pour les attaquants. "C'est vrai, je veux certainement tenter ma chance une ou deux fois. L'année dernière, j'ai déjà terminé deuxième, j'espère que je finirai un peu plus haut maintenant". Il pense déjà à l'étape initiale où une victoire est aussi synonyme de maillot jaune. "Oui, mais je pense qu'un sprint massif a plus de chance. Il n'y a pas beaucoup de possibilités de sprint dans ce Tour, donc les équipes de sprinters seront vraiment désireuses de tout garder ensemble dans la première étape. Nous avons également Cees Bol dans l'équipe. Ce soir, il y a encore une réunion avec l'équipe, mais je pense que nous tirerons cette carte de toute façon. Beaucoup dépend du déroulement de la course et la météo peut également jouer un rôle. La pluie est prévue et il n'a pas plu ici depuis un certain temps. Certaines descentes deviennent alors très dangereuses et peuvent être "grasses". Non, ce n'est peut-être pas un sprint "facile", du moins pas aussi facile que le suggère le road book, à savoir une opportunité pour les sprinters". Benoît a abandonné le Dauphiné à cause de problèmes de dos. La cause n'a pas été identifiée. "Nous avons tout examiné, du vélo aux plaques de chaussures, mais nous ne savons pas ce qui en est la cause. Il n'y a pas non plus de lésion grave visible sur une IRM, c'est donc un peu bizarre, mais l'important est que je n'ai plus de douleur et je ne veux pas non plus que cela me prenne la tête." (Belga)

Ces dernières saisons, Tiesj Benoot a disputé le Tour avec Lotto Soudal dont quatre membres du personnel ont été renvoyés chez eux jeudi en raison d'un test Covid "non négatif". "C'est dommage de lire cela , mais il n'y aura jamais de risque zéro", a-t-il réagi. "Je pense que tout le monde aura un peu peur du virus. Surtout lorsque vous entendez les histoires des courses passées, avec quelques faux positifs également. C'est ennuyeux, mais il ne faut pas que cela vous monte à la tête. Je pense que nous sommes l'un des endroits les plus sûrs du Tour. De nombreuses mesures ont été prises, mais on ne peut jamais exclure complètement une infection". Benoot a terminé deuxième au classement général de Paris-Nice et s'est également montré fort dans d'autres courses à étapes. Cependant, un bon classement à Paris n'est pas son objectif dans ce 107e Tour de France. "Non, je vais gagner une étape du Tour. J'ai déjà regardé le road book et ce sera un Tour vraiment difficile. Dès la première semaine, il peut se passer quelque chose presque tous les jours. La deuxième semaine, vous allez en Bretagne et le vent peut jouer un rôle. Ça va être vraiment passionnant". Et il y a beaucoup d'occasions pour les attaquants. "C'est vrai, je veux certainement tenter ma chance une ou deux fois. L'année dernière, j'ai déjà terminé deuxième, j'espère que je finirai un peu plus haut maintenant". Il pense déjà à l'étape initiale où une victoire est aussi synonyme de maillot jaune. "Oui, mais je pense qu'un sprint massif a plus de chance. Il n'y a pas beaucoup de possibilités de sprint dans ce Tour, donc les équipes de sprinters seront vraiment désireuses de tout garder ensemble dans la première étape. Nous avons également Cees Bol dans l'équipe. Ce soir, il y a encore une réunion avec l'équipe, mais je pense que nous tirerons cette carte de toute façon. Beaucoup dépend du déroulement de la course et la météo peut également jouer un rôle. La pluie est prévue et il n'a pas plu ici depuis un certain temps. Certaines descentes deviennent alors très dangereuses et peuvent être "grasses". Non, ce n'est peut-être pas un sprint "facile", du moins pas aussi facile que le suggère le road book, à savoir une opportunité pour les sprinters". Benoît a abandonné le Dauphiné à cause de problèmes de dos. La cause n'a pas été identifiée. "Nous avons tout examiné, du vélo aux plaques de chaussures, mais nous ne savons pas ce qui en est la cause. Il n'y a pas non plus de lésion grave visible sur une IRM, c'est donc un peu bizarre, mais l'important est que je n'ai plus de douleur et je ne veux pas non plus que cela me prenne la tête." (Belga)