Thomas Van der Plaetsen, 28 ans, a connu sa meilleure année en 2016. Après avoir vaincu un cancer des testicules, il devenait champion d'Europe du décathlon à Amsterdam. Un mois plus tard, il prenait la 8e place du décathlon aux Jeux Olympiques de Rio. Depuis, la carrière du Gantois a été perturbée par des blessures, qui l'ont contraint à abandonner aux Mondiaux de Londres en 2017 et à l'Euro de Berlin l'année passée. Sport Vlaanderen a fait montre de clémence, comme ce fut déjà le cas pour Renée Eykens et Ben Broeders, qui n'avaient pas brillé à l'Euro (abandon en séries du 800 m pour Eykens et élimination en séries de la perche après trois essais ratés pour Broeders). "J'avais peur de perdre mon contrat, mais mes prestations à Götzis ont prouvé ma valeur", dit Thomas Van der Plaetsen, qui avait inscrit 8007 points au prestigieux meeting de Götzis, en Autriche. Et ce alors qu'il avait dû disputer les trois dernières épreuves blessé. (Belga)

Thomas Van der Plaetsen, 28 ans, a connu sa meilleure année en 2016. Après avoir vaincu un cancer des testicules, il devenait champion d'Europe du décathlon à Amsterdam. Un mois plus tard, il prenait la 8e place du décathlon aux Jeux Olympiques de Rio. Depuis, la carrière du Gantois a été perturbée par des blessures, qui l'ont contraint à abandonner aux Mondiaux de Londres en 2017 et à l'Euro de Berlin l'année passée. Sport Vlaanderen a fait montre de clémence, comme ce fut déjà le cas pour Renée Eykens et Ben Broeders, qui n'avaient pas brillé à l'Euro (abandon en séries du 800 m pour Eykens et élimination en séries de la perche après trois essais ratés pour Broeders). "J'avais peur de perdre mon contrat, mais mes prestations à Götzis ont prouvé ma valeur", dit Thomas Van der Plaetsen, qui avait inscrit 8007 points au prestigieux meeting de Götzis, en Autriche. Et ce alors qu'il avait dû disputer les trois dernières épreuves blessé. (Belga)