"On a en tout cas bien limité les dégâts, notamment en allant chercher les cinq points de la powerstage", se félicite le Belge. "Ogier n'en a lui obtenu qu'un seul, et Tänak (qui n'a pas pris de risques, ndlr), aucun. Maintenant c'est clair qu'on aurait pu gagner ici, même si Tänak a mérité sa victoire, et que la chance n'a pas voulu nous aider un peu. Dommage. Mais bon, d'après mes calculs on est deuxième du championnat à 33 points de Tänak. A quatre manches de la fin (Turquie, Grande-Bretagne, Catalogne, Australie, ndlr), c'est jouable. Rien n'est perdu, et on ne parlera donc pas de catastrophe..." S'il avait avoué que c'était "dur de se lever le matin et de savoir qu'il n'y a plus aucune chance de gagner", Neuville s'est tout de même montré à son avantage sur ce "Deutschland", signant trois "scratches" (meilleur temps) dimanche, portant son total à sept sur ce rallye. "La crevaison fait partie du jeu", relativise t-il. (Belga)