Peu disert lorsqu'il s'agit d'analyser la politique des transferts d'Arsenal, où l'on annonce le départ imminent de Robin van Persie (Juventus ? Man City ?), Thierry Henry l'est bien plus quand il s'agit d'évoquer son après-carrière. "Mon futur se trouve à Arsenal. Je ne sais pas vous dire quand mais je retournerai dans ce club." De 1999 à 2007, "Titi" a connu son apogée chez les Gunners.

À bientôt 35 ans, le meilleur buteur de l'histoire du club avec 228 buts a certifié qu'il retrouvera Londres et l'Emirates Stadium. "Mon futur rôle à Arsenal ? Je n'en sais encore rien. Le job de coach m'intéresse, j'y pense mais il est bien trop tôt pour prétendre à quoi que ce soit. Je n'ai encore jamais parlé avec Arsène Wenger d'une future fonction. Si ça se trouve, je retrouverai Arsenal comme simple... fan. Et si ça se trouve, je serai un très bon fan (il rit)."

Quant à une dernière pige comme celle qu'il a connue la saison dernière entre janvier et mars durant la trêve de la MLS, cela paraît peu probable. "Mon retour l'hiver dernier était dû à un concours de circonstances. J'imagine difficilement que cela se reproduise."

Thomas Bricmont, à Philadelphie

Peu disert lorsqu'il s'agit d'analyser la politique des transferts d'Arsenal, où l'on annonce le départ imminent de Robin van Persie (Juventus ? Man City ?), Thierry Henry l'est bien plus quand il s'agit d'évoquer son après-carrière. "Mon futur se trouve à Arsenal. Je ne sais pas vous dire quand mais je retournerai dans ce club." De 1999 à 2007, "Titi" a connu son apogée chez les Gunners. À bientôt 35 ans, le meilleur buteur de l'histoire du club avec 228 buts a certifié qu'il retrouvera Londres et l'Emirates Stadium. "Mon futur rôle à Arsenal ? Je n'en sais encore rien. Le job de coach m'intéresse, j'y pense mais il est bien trop tôt pour prétendre à quoi que ce soit. Je n'ai encore jamais parlé avec Arsène Wenger d'une future fonction. Si ça se trouve, je retrouverai Arsenal comme simple... fan. Et si ça se trouve, je serai un très bon fan (il rit)." Quant à une dernière pige comme celle qu'il a connue la saison dernière entre janvier et mars durant la trêve de la MLS, cela paraît peu probable. "Mon retour l'hiver dernier était dû à un concours de circonstances. J'imagine difficilement que cela se reproduise." Thomas Bricmont, à Philadelphie