Henry a débuté son aventure sur le banc de touche par une défaite 2-1 à Strasbourg. "Contre Strasbourg, on a essayé de produire du jeu. On s'est créé des occasions, mais ça n'a pas tourné en notre faveur. On cherche un gros match, on essaye de retrouver la confiance", a expliqué l'ancien international français. "Est-ce que c'est un match qui arrive au bon moment? On dit la même chose pour les équipes qui jouent le titre quand elles doivent jouer en Champions League durant la semaine", a souri Henry. "La Champions League, c'est un rêve, tu veux la jouer. On peut l'utiliser pour prendre de la confiance. Après Strasbourg, cela nous permet de reprendre la compétition sans trop penser à ce qu'il s'est passé." Comme Monaco, Bruges a perdu ses deux premiers matchs de Ligue des Champions. "Ce ne sera pas facile ici. On a vu contre Dortmund comment ils ont encaissé à la fin (un dégagement de Mitrovic contré par Pulisic, ndlr). Le match suivant, l'Atlético a marqué son troisième but dans les arrêts de jeu. Ici, ils disent 'no sweat, no glory'. Les joueurs se battent jusqu'à la fin, donnent tout. Ils ont de très bons joueurs comme Vormer, Vanaken, Wesley..." L'AS Monaco compte deux joueurs belges dans son effectif, Nacer Chadli et Youri Tielemans. "Je n'attends rien de spécial d'eux, juste qu'ils jouent bien pour l'équipe", a confié Henry. "C'est vrai que c'est un contexte particulier car ils sont Belges. Je ne sais pas quelle réception Youri aura vu son passé à Anderlecht. Peut-être que les supporters vont le saluer pour les résultats de la Belgique en Coupe du monde", a indiqué l'ancien assistant de Roberto Martinez chez les Diables Rouges. Henry a vécu de grands moments durant ses deux années dans le staff de l'équipe nationale. "Pas mal de joueurs étaient reconnus pour leur talent individuel en club, mais n'avaient pas confirmé en équipe nationale. On n'a pas gagné la Coupe du monde, mais la victoire c'est que maintenant tout le monde reconnaît ces joueurs comme une équipe avant tout et pas comme un ensemble d'individualités. Rester dans l'histoire du football belge, c'est extraordinaire. L'équipe en est sortie grandie." (Belga)

Henry a débuté son aventure sur le banc de touche par une défaite 2-1 à Strasbourg. "Contre Strasbourg, on a essayé de produire du jeu. On s'est créé des occasions, mais ça n'a pas tourné en notre faveur. On cherche un gros match, on essaye de retrouver la confiance", a expliqué l'ancien international français. "Est-ce que c'est un match qui arrive au bon moment? On dit la même chose pour les équipes qui jouent le titre quand elles doivent jouer en Champions League durant la semaine", a souri Henry. "La Champions League, c'est un rêve, tu veux la jouer. On peut l'utiliser pour prendre de la confiance. Après Strasbourg, cela nous permet de reprendre la compétition sans trop penser à ce qu'il s'est passé." Comme Monaco, Bruges a perdu ses deux premiers matchs de Ligue des Champions. "Ce ne sera pas facile ici. On a vu contre Dortmund comment ils ont encaissé à la fin (un dégagement de Mitrovic contré par Pulisic, ndlr). Le match suivant, l'Atlético a marqué son troisième but dans les arrêts de jeu. Ici, ils disent 'no sweat, no glory'. Les joueurs se battent jusqu'à la fin, donnent tout. Ils ont de très bons joueurs comme Vormer, Vanaken, Wesley..." L'AS Monaco compte deux joueurs belges dans son effectif, Nacer Chadli et Youri Tielemans. "Je n'attends rien de spécial d'eux, juste qu'ils jouent bien pour l'équipe", a confié Henry. "C'est vrai que c'est un contexte particulier car ils sont Belges. Je ne sais pas quelle réception Youri aura vu son passé à Anderlecht. Peut-être que les supporters vont le saluer pour les résultats de la Belgique en Coupe du monde", a indiqué l'ancien assistant de Roberto Martinez chez les Diables Rouges. Henry a vécu de grands moments durant ses deux années dans le staff de l'équipe nationale. "Pas mal de joueurs étaient reconnus pour leur talent individuel en club, mais n'avaient pas confirmé en équipe nationale. On n'a pas gagné la Coupe du monde, mais la victoire c'est que maintenant tout le monde reconnaît ces joueurs comme une équipe avant tout et pas comme un ensemble d'individualités. Rester dans l'histoire du football belge, c'est extraordinaire. L'équipe en est sortie grandie." (Belga)