"L'objectif est toujours le même en effet. C'est être champion du monde. On a été très proche ces dernières années. Il a manqué à chaque fois quelque chose, on va essayer d'améliorer cela cette saison", a confié Thierry Neuville, présent au Salon de l'Auto à Bruxelles vendredi. "Il y a très peu de nouveautés sur la voiture, par contre il y a pas mal de changement dans l'équipe, il y a eu beaucoup de restructuration pour être plus compétitifs. Il y a du sang très frais et tout le monde est très motivé pour faire le maximum." Le championnat WRC 2019 verra quelques changements apportés au plateau, mais le Français Sébastien Ogier, sextuple champion du monde, reste aussi l'un des favoris alors que son compatriote Sébastien Loeb, neuf fois champion du monde, refait son apparition... chez Huyndai. "Il y a beaucoup d'impatience", a ajouté Thierry Neuville. "Il y a pas mal de changements à nouveau. Des nouveaux pilotes, le retour de Seb et plein de choses intéressantes. On a hâte de commencer pour voir comment cela va se passer, mais on est bien armé". L'inter-saison a été marquée par le retour de Sébastien Loeb en WRC. Le Français prendra part, avec Hyundai, à six manches du prochain championnat du monde des rallyes, dont le Monte-Carlo. "L'arrivée de Sébastien Loeb est une bonne chose", a commenté le pilote belge. "C'est de toute façon mieux de l'avoir avec nous plutôt que contre nous. Il va apporter son expérience, c'est très positif. Et puis pour le titre constructeur, c'est important aussi qu'il soit là". Le premier rendez-vous ce week-end au Monte-Carlo va déjà apporter son lot d'enseignements. Il reste très peu de temps désormais au duo Thierry Neuville-Nicolas Gilsoul pour mettre les dernières choses au point. "Il reste encore une demi-journée d'essais, puis il y aura les reconnaissances la semaine prochaine pour apprivoiser la voiture sur une surface plus glissante. Voir comment elle se comporte. Au Monte-Carlo, il faut toujours un peu de chance avec le choix des pneus ou les infos météos, mais justement on est bien structuré, avec nos ouvreurs, avec des personnes qui vont nous donner les bonnes infos météos. On veut être compétitif et rester parmi les meilleurs. Ce sera très intense. 2018 a été très dur, cela nous a coûté beaucoup d'efforts et d'énergie. Il y a eu beaucoup de pression. Cela risque d'être la même chose encore cette année." (Belga)

"L'objectif est toujours le même en effet. C'est être champion du monde. On a été très proche ces dernières années. Il a manqué à chaque fois quelque chose, on va essayer d'améliorer cela cette saison", a confié Thierry Neuville, présent au Salon de l'Auto à Bruxelles vendredi. "Il y a très peu de nouveautés sur la voiture, par contre il y a pas mal de changement dans l'équipe, il y a eu beaucoup de restructuration pour être plus compétitifs. Il y a du sang très frais et tout le monde est très motivé pour faire le maximum." Le championnat WRC 2019 verra quelques changements apportés au plateau, mais le Français Sébastien Ogier, sextuple champion du monde, reste aussi l'un des favoris alors que son compatriote Sébastien Loeb, neuf fois champion du monde, refait son apparition... chez Huyndai. "Il y a beaucoup d'impatience", a ajouté Thierry Neuville. "Il y a pas mal de changements à nouveau. Des nouveaux pilotes, le retour de Seb et plein de choses intéressantes. On a hâte de commencer pour voir comment cela va se passer, mais on est bien armé". L'inter-saison a été marquée par le retour de Sébastien Loeb en WRC. Le Français prendra part, avec Hyundai, à six manches du prochain championnat du monde des rallyes, dont le Monte-Carlo. "L'arrivée de Sébastien Loeb est une bonne chose", a commenté le pilote belge. "C'est de toute façon mieux de l'avoir avec nous plutôt que contre nous. Il va apporter son expérience, c'est très positif. Et puis pour le titre constructeur, c'est important aussi qu'il soit là". Le premier rendez-vous ce week-end au Monte-Carlo va déjà apporter son lot d'enseignements. Il reste très peu de temps désormais au duo Thierry Neuville-Nicolas Gilsoul pour mettre les dernières choses au point. "Il reste encore une demi-journée d'essais, puis il y aura les reconnaissances la semaine prochaine pour apprivoiser la voiture sur une surface plus glissante. Voir comment elle se comporte. Au Monte-Carlo, il faut toujours un peu de chance avec le choix des pneus ou les infos météos, mais justement on est bien structuré, avec nos ouvreurs, avec des personnes qui vont nous donner les bonnes infos météos. On veut être compétitif et rester parmi les meilleurs. Ce sera très intense. 2018 a été très dur, cela nous a coûté beaucoup d'efforts et d'énergie. Il y a eu beaucoup de pression. Cela risque d'être la même chose encore cette année." (Belga)