Thibaut Courtois à propos...

...de marquer l'histoire du Real Madrid : "Je ne pense pas à ça. L'objectif, c'est de gagner un maximum de trophées. J'ai eu des titres avec Genk, avec l'Atlético et avec Chelsea, je veux faire la même chose ici. Et je ne pense pas trop aux récompenses individuelles. Je veux des trophées avec l'équipe. LE gardien de l'histoire du Real ? Il y en a eu d'autres, mais c'est surtout Casillas que je retiens. Parce que c'était mon idole. J'ai grandi avec lui. Et avec Edwin van der Sar."

...de l'objectif Champions League : "Le Real a gagné quatre des cinq dernières éditions, donc oui, ça se tient. Mais avant de la gagner contre moi et l'Atlético à Lisbonne, en 2014, il y avait eu douze ans sans la gagner. J'espère que je n'arrive pas au mauvais moment, au début d'une nouvelle longue période sans victoire ! Ici, l'objectif quand la saison commence, c'est de tout gagner. Dont la Ligue des Champions. Moi, c'est le seul truc qui manque à mon palmarès."

...de la Coupe du Monde : "Si t'es un vainqueur, tu ne peux pas dire que tu n'as pas, encore aujourd'hui, en travers de la gorge le match contre la France. La Coupe du monde, ce n'est que tous les quatre ans. C'est long. Arriver où on est arrivés, c'est difficile. Mais les Français étaient meilleurs que nous, c'est comme ça. Ce n'est pas ce que j'ai dit juste après la rencontre ? Le truc, c'est que les joueurs et les supporters ont mal interprété ce match. Les Français ont défendu pendant les 20 ou 25 dernières minutes. Alors, sur le coup, en sortant du terrain, on n'avait que ça comme image. Tu dois te mettre dans notre peau. Tu sors du terrain, et deux minutes après, tu dois faire une interview. Le dernier truc dont tu te souviens, c'est la dernière demi-heure. Et le score. J'ai dit que les Français n'avaient fait que défendre parce que j'avais en tête des images d'Olivier Giroud et Antoine Griezmann en train de défendre dans leur rectangle. A ce moment-là, j'oubliais qu'ils avaient eu des occasions, que j'avais dû faire des arrêts, que Kylian Mbappé avait été dangereux. Simplement, ils ont mis le premier but puis ils ont défendu. C'était leur droit, on avait fait la même chose contre le Brésil. A 2-1, on n'était presque plus sortis. Tout ça pour dire que quand tu viens de perdre une demi-finale de Coupe du Monde, tu ne vois que le négatif."

...de l'Atlético Madrid et de Diego Simeone : "J'y retourne ce week-end en championnat, ça va être spécial. Si leurs supporters réagissent par rapport à moi, s'il y a encore plus de bruit que d'habitude... enchanté, j'aime ça, c'est génial. Diego Simeone a mis en doute mon titre de meilleur gardien du monde, il a dit que Jan Oblak était meilleur, je peux comprendre, il protège ses joueurs. Je n'ai pas été trop étonné par ses déclarations. On a gagné des trucs ensemble, mais maintenant, je suis chez le rival, c'est peut-être embêtant pour lui."

Par Pierre Danvoye, à Madrid

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Thibaut Courtois dans votre Sport/Foot Magazine