"J'ai choisi Genk pour deux raisons", a expliqué Bongonda. "Premièrement, il s'agit d'un club familial et j'aime cela. Mes meilleures années comme footballeurs ont été dans des clubs comme Zulte Waregem et le Celta Vigo, qui sont aussi des clubs chauds hors du terrain. Je pouvais rejoindre le Club Bruges ou Anderlecht, mais je n'avais pas les mêmes sensations positives. Il y avait aussi une offre très lucrative d'un club égyptien, mais je ne voulais pas revivre la même histoire qu'en Turquie, avec Trabzonspor (il n'avait disputé que six rencontres en 2017, ndlr). Je voulais rester en Belgique. Je suis un papa fier de deux enfants et je voulais cela pour eux." "De plus, il y a bien sûr le volet sportif", a ajouté Bongonda. "D'un point de vue sportif, Genk était ma meilleure option. Je jouerai la Ligue des Champions, c'est un rêve d'enfant. Genk est un club stable, je me vois réussir ici. Si je réussis de bonnes prestations, les chances de devenir Diable Rouge augmentent au passage. Ce n'est pas vraiment un objectif, mais si le sélectionneur m'appelle, j'irai bien sûr avec plaisir." (Belga)