Seraing se déplace ce week-end à l'Union Saint-Gilloise. Ça aurait dû être une fête. Les Bruxellois champions terminent la saison en roule libre et les Liégeois foncent vers le barrage pour la montée, à disputer contre l'avant-dernier de D1A. Il reste quatre matches, Seraing a cinq points d'avance sur Lommel et huit sur Westerlo. S'ils ne se foirent pas, les Métallos joueront pour monter, et c'est totalement inespéré pour ce club arrivé il y a quelques mois en D1B grâce à des problèmes de licence de la concurrence. Au Pairay, l'objectif en début de championnat était limpide: se sauver.
...

Seraing se déplace ce week-end à l'Union Saint-Gilloise. Ça aurait dû être une fête. Les Bruxellois champions terminent la saison en roule libre et les Liégeois foncent vers le barrage pour la montée, à disputer contre l'avant-dernier de D1A. Il reste quatre matches, Seraing a cinq points d'avance sur Lommel et huit sur Westerlo. S'ils ne se foirent pas, les Métallos joueront pour monter, et c'est totalement inespéré pour ce club arrivé il y a quelques mois en D1B grâce à des problèmes de licence de la concurrence. Au Pairay, l'objectif en début de championnat était limpide: se sauver. Mais on sait déjà que ce ne sera pas la fête dans le vestiaire d' Emilio Ferrera. Parce qu'il y a, depuis le début de la semaine dernière, cette drôle d'histoire qui parasite la vie de tout le club. Le team manager, Peter Kerremans, est accusé d'avoir falsifié des tests Covid avant le match de Coupe de Belgique contre le Standard et la rencontre finalement postposée... parce qu'il y avait beaucoup de cas positifs chez l'adversaire de championnat contre Lommel. Peter Kerremans a réservé ses explications aux enquêteurs de la fédération. Du côté de la Pro League, on n'a rien voulu nous dire sur le dossier. Juste cette réponse par SMS: "Nous ne réagissons pas sur des procédures en cours." Ce qui est sûr, c'est que plusieurs personnes de Seraing, dont le président, ont été entendues. Et que la Pro League a infligé au club une amende de 5.000 euros pour non-respect du protocole sanitaire. Une sanction qui serait vue comme du pain bénit par la direction. Elle estime en effet qu'on ne peut pas être puni deux fois pour la même infraction. Game over donc, cette drôle d'histoire ne pourrait pas connaître de suite. Ce qui frappe dans l'affaire, c'est le soutien inconditionnel apporté à Peter Kerremans. Le club l'a limogé sur-le-champ, probablement pour marquer le coup, pour montrer qu'il prenait ses distances par rapport à son erreur. Mais on a l'impression que cette mise à pied n'est peut-être que temporaire, le temps de faire toute la lumière. Les voix qu'on a reçues du staff font état d'une grande tristesse. "Peter Kerremans nous a expliqué vingt fois ce qu'il s'est passé. On ne comprend pas comment on en arrive à une chose pareille alors qu'il n'y a rien de bien grave. Nous, on voit d'abord les répercussions sur le plan humain. Kerremans est un homme meurtri, il va mal. Il a connu une période délicate, et ce job de team manager qu'il avait obtenu il y a quelques mois, c'était magnifique pour lui. Dans le monde du foot, en plus. Et à Seraing, un club qu'il a toujours suivi, où il avait fait une partie de sa carrière de gardien. Il était super heureux ici, et parfait dans son rôle." Une fonction relativement méconnue, dans laquelle Peter Kerremans s'était installé du jour au lendemain. Conduire des joueurs chez Lieven Maesschalk à Anvers, assumer des formalités à l'administration communale, chercher des appartements et des voitures, discuter avec les jardiniers, gérer les relations avec la Ville, réserver des hôtels, régler des matches amicaux, organiser les mises au vert et les stages, c'était tout ça, le rôle de Peter Kerremans. "On souhaite tous son retour au plus vite", nous lâche un membre du staff. Sur les réseaux sociaux, le soutien à Peter Kerremans est en tout cas XXL. Le petit monde des gardiens de but s'est manifesté avec des messages d'encouragement: Pierre Drouguet, Olivier Werner, Guy Hubart, Christian Piot. Le milieu des agents aussi: Nenad Petrovic, Freddy Luyckx, Karim Rafiki. Et d'autres personnes du foot comme Christian Vavadio, Ronald Foguenne, Marco Casto, Serge Kimoni, Daniel Renders,...