"J'ai pu effectuer le programme établi sans connaître de blessure", explique-t-il. "L'accent a surtout été mis sur le physique, avec Gérald Cordémy, mon préparateur. Je travaille avec lui depuis près d'un an. Il voit juste et me comprend. J'ai également bien pu bosser les autres compartiments de mon jeu, comme le service. Il y avait de nombreux 'sparring-partners' avec qui taper la balle. Et j'ai pu tout faire à l'extérieur, tout en étant chez moi le soir. C'était l'idéal". Afin de progresser, David Goffin s'est également adjoint les services d'un psychologue du sport il y a quelque temps. Il s'agit de Fabrice Dezanet, un Liégeois. Le n°1 belge n'en a guère parlé, mais d'après son coach, Thierry Van Cleemput, il est un maillon très important de la chaîne. "La psychologie du sport est un aspect fondamental, bien que nous ayons été de très mauvais élèves l'an dernier", a expliqué le coach. "Nous n'avons quasiment pas eu de contacts avec Fabrice. Aux yeux du grand public, David a livré une très belle année, mais nous devons aussi balayer devant notre porte. Il y a eu des moments où cela ne s'est pas bien passé. C'est une nouvelle année. On repart d'une page blanche. David doit faire en sorte d'être le plus fort possible, d'avoir un comportement irréprochable et de devenir un meilleur champion. Et Fabrice peut l'aider. Ce n'est pas un gourou. Il a un diplôme universitaire et travaille de manière très pragmatique". (Belga)

"J'ai pu effectuer le programme établi sans connaître de blessure", explique-t-il. "L'accent a surtout été mis sur le physique, avec Gérald Cordémy, mon préparateur. Je travaille avec lui depuis près d'un an. Il voit juste et me comprend. J'ai également bien pu bosser les autres compartiments de mon jeu, comme le service. Il y avait de nombreux 'sparring-partners' avec qui taper la balle. Et j'ai pu tout faire à l'extérieur, tout en étant chez moi le soir. C'était l'idéal". Afin de progresser, David Goffin s'est également adjoint les services d'un psychologue du sport il y a quelque temps. Il s'agit de Fabrice Dezanet, un Liégeois. Le n°1 belge n'en a guère parlé, mais d'après son coach, Thierry Van Cleemput, il est un maillon très important de la chaîne. "La psychologie du sport est un aspect fondamental, bien que nous ayons été de très mauvais élèves l'an dernier", a expliqué le coach. "Nous n'avons quasiment pas eu de contacts avec Fabrice. Aux yeux du grand public, David a livré une très belle année, mais nous devons aussi balayer devant notre porte. Il y a eu des moments où cela ne s'est pas bien passé. C'est une nouvelle année. On repart d'une page blanche. David doit faire en sorte d'être le plus fort possible, d'avoir un comportement irréprochable et de devenir un meilleur champion. Et Fabrice peut l'aider. Ce n'est pas un gourou. Il a un diplôme universitaire et travaille de manière très pragmatique". (Belga)