Observateur attentif du championnat belge, Alexandre Teklak n'a pas sa langue en poche. Il préconise un triangle Dendoncker-Praet-Defour dans l'entrejeu anderlechtois.

Teklak : Youri peut faire beaucoup mieux. Le triangle formé par Leander Dendoncker, Dennis Praet - et Defour est très équilibré : Defour en numéro six, Dendoncker comme élément mobile en huit et Praet en numéro dix. Je ne retrouve pas cette même complémentarité avec Tielemans. Parfois, un entraîneur peut gagner du temps lorsqu'il a trouvé ses numéros six, huit et dix fixes. Hasi n'a pas encore trouvé la meilleure place de Tielemans. Il ne sent pas encore le moment où il peut monter ou doit rester derrière. Je ne pense pas qu'il soit un numéro huit : il doit rester derrière le ballon, car il manque de changement de rythme et d'explosivité dans les premiers mètres. S'il veut rejoindre, un jour, un très grand club, il doit gommer cette lacune de son jeu. Je le vois plutôt en numéro six, mais dans un autre style. Pourquoi a-t-il fait de bons play-offs, l'an passé? Parce qu'il avait Cheikhou Kouyaté à ses côtés, qui se chargeait du sale boulot. Tielemans pouvait adresser ses passes sans être pressé. Mais que s'est-il passé à Mouscron, cette saison? Les Hurlus ont exercé un pressing intense sur Tielemans. Et il a été complètement étouffé, il a joué sa pire mi-temps de la saison. Il n'est pas encore capable de se défaire d'un pressing, en raison d'un manque d'explosivité et de capacités techniques pour éliminer un adversaire.

Conclusion: nous sommes encore loin du Real Madrid ?

Sur ce plan, je serai plus nuancé. Hasi est prisonnier de la génération-biberon. Son équipe regorge de talent, mais doit encore beaucoup progresser. Et il n'a pas toujours le choix au moment d'établir sa sélection. J'ai l'impression que, parfois, il est obligé d'aligner certains joueurs, parce qu'il n'a pas d'alternative. Hasi adore Tielemans et je le comprends. Mais ce garçon est passé sans transition des U17 à l'équipe Première. Il doit effectuer sa post-formation avec le noyau A. Ce fut aussi le cas de Romelu Lukaku, autrefois. Cela se voyait moins, car avec son physique, il se défaisait facilement des défenseurs belges, mais on a oublié de travailler le point essentiel: sa technique de base, son jeu dos au but. Anderlecht est en train de commettre la même erreur avec Tielemans.

Bref: dans votre équipe-type, Tielemans se retrouverait sur le banc ?

En effet. Dendoncker est moins élégant, mais à mes yeux, il apporte plus d'équilibre à l'équipe. Le placement de Tielemans en perte de balle laisse encore à désirer. Couper les lignes de passe, se positionner à côté du numéro six : Dendoncker le fait naturellement, Tielemans pas encore.

Par Thomas Bricmont et Peter T'Kint

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Alexandre Teklak dans votre Sport/Foot Magazine

Observateur attentif du championnat belge, Alexandre Teklak n'a pas sa langue en poche. Il préconise un triangle Dendoncker-Praet-Defour dans l'entrejeu anderlechtois.Teklak : Youri peut faire beaucoup mieux. Le triangle formé par Leander Dendoncker, Dennis Praet - et Defour est très équilibré : Defour en numéro six, Dendoncker comme élément mobile en huit et Praet en numéro dix. Je ne retrouve pas cette même complémentarité avec Tielemans. Parfois, un entraîneur peut gagner du temps lorsqu'il a trouvé ses numéros six, huit et dix fixes. Hasi n'a pas encore trouvé la meilleure place de Tielemans. Il ne sent pas encore le moment où il peut monter ou doit rester derrière. Je ne pense pas qu'il soit un numéro huit : il doit rester derrière le ballon, car il manque de changement de rythme et d'explosivité dans les premiers mètres. S'il veut rejoindre, un jour, un très grand club, il doit gommer cette lacune de son jeu. Je le vois plutôt en numéro six, mais dans un autre style. Pourquoi a-t-il fait de bons play-offs, l'an passé? Parce qu'il avait Cheikhou Kouyaté à ses côtés, qui se chargeait du sale boulot. Tielemans pouvait adresser ses passes sans être pressé. Mais que s'est-il passé à Mouscron, cette saison? Les Hurlus ont exercé un pressing intense sur Tielemans. Et il a été complètement étouffé, il a joué sa pire mi-temps de la saison. Il n'est pas encore capable de se défaire d'un pressing, en raison d'un manque d'explosivité et de capacités techniques pour éliminer un adversaire.Conclusion: nous sommes encore loin du Real Madrid ?Sur ce plan, je serai plus nuancé. Hasi est prisonnier de la génération-biberon. Son équipe regorge de talent, mais doit encore beaucoup progresser. Et il n'a pas toujours le choix au moment d'établir sa sélection. J'ai l'impression que, parfois, il est obligé d'aligner certains joueurs, parce qu'il n'a pas d'alternative. Hasi adore Tielemans et je le comprends. Mais ce garçon est passé sans transition des U17 à l'équipe Première. Il doit effectuer sa post-formation avec le noyau A. Ce fut aussi le cas de Romelu Lukaku, autrefois. Cela se voyait moins, car avec son physique, il se défaisait facilement des défenseurs belges, mais on a oublié de travailler le point essentiel: sa technique de base, son jeu dos au but. Anderlecht est en train de commettre la même erreur avec Tielemans.Bref: dans votre équipe-type, Tielemans se retrouverait sur le banc ?En effet. Dendoncker est moins élégant, mais à mes yeux, il apporte plus d'équilibre à l'équipe. Le placement de Tielemans en perte de balle laisse encore à désirer. Couper les lignes de passe, se positionner à côté du numéro six : Dendoncker le fait naturellement, Tielemans pas encore.Par Thomas Bricmont et Peter T'KintRetrouvez l'intégralité de l'interview d'Alexandre Teklak dans votre Sport/Foot Magazine