Avec un chrono de 1:27.96, la jeune nageuse de St-Vith termine sixième de sa série et finit ses premiers Jeux Paralympiques avec une 11e place sur la distance. Les quatre premières de chacune des deux séries allaient en finale. "Ma course n'a pas été bonne", a confié Tatyana Lebrun, 16 ans seulement, née à Stavelot. "J'ai fait un bon départ mais, après 25m, je me suis sentie mal physiquement et mentalement. Sans doute la fatigue et le fait d'être loin de chez moi. Je suis loin de mon meilleur temps (1:20.82). Je suis déçue de ma course, mais je vais essayer de ne garder que le positif de cette première expérience. C'est génial d'avoir nagé dans cette magnifique piscine olympique et j'espère que ce sera mieux la prochaine fois". Le meilleur chrono des séries a été réalisé par la Néerlandaise Chantalle Zijderveld en 1:11.23, soit un record du monde. "Je ne visais pas une finale, mais si j'avais battu mon record personnel, je pouvais y aller", a ajouté encore la plus jeune athlète de la délégation belge dans la capitale japonaise qui souffre du syndrôme de Larsen. "Et pour la suite, je ne vais pas me focaliser uniquement sur la brasse. Cela me met beaucoup de pression sur les épaules. Je vais essayer d'autres épreuves aussi." (Belga)

Avec un chrono de 1:27.96, la jeune nageuse de St-Vith termine sixième de sa série et finit ses premiers Jeux Paralympiques avec une 11e place sur la distance. Les quatre premières de chacune des deux séries allaient en finale. "Ma course n'a pas été bonne", a confié Tatyana Lebrun, 16 ans seulement, née à Stavelot. "J'ai fait un bon départ mais, après 25m, je me suis sentie mal physiquement et mentalement. Sans doute la fatigue et le fait d'être loin de chez moi. Je suis loin de mon meilleur temps (1:20.82). Je suis déçue de ma course, mais je vais essayer de ne garder que le positif de cette première expérience. C'est génial d'avoir nagé dans cette magnifique piscine olympique et j'espère que ce sera mieux la prochaine fois". Le meilleur chrono des séries a été réalisé par la Néerlandaise Chantalle Zijderveld en 1:11.23, soit un record du monde. "Je ne visais pas une finale, mais si j'avais battu mon record personnel, je pouvais y aller", a ajouté encore la plus jeune athlète de la délégation belge dans la capitale japonaise qui souffre du syndrôme de Larsen. "Et pour la suite, je ne vais pas me focaliser uniquement sur la brasse. Cela me met beaucoup de pression sur les épaules. Je vais essayer d'autres épreuves aussi." (Belga)